04.12.2014

Conseil d'administration CGLLS : son président Alain Cacheux vote contre le budget 2015

Alain Cacheux, qui préside la CGLLS, et les représentants de l’Union sociale pour l’habitat ont décidé de voter contre le budget établi encore une fois pour servir un prélèvement de l’État et le financer par la contribution des organismes Hlm.

Le  Conseil d’administration de la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS) s’est tenu ce 3 décembre 2014. Alain Cacheux, qui préside la CGLLS, et les représentants de l’Union sociale pour l’habitat ont décidé de voter contre le budget établi encore une fois pour servir un prélèvement de l’État et le financer par la contribution des organismes Hlm.
 
Les représentants de l’État, majoritaires au sein du Conseil d’administration ont donc pris la responsabilité de voter seuls le budget, au mépris de l’avis négatif du Mouvement Hlm.
 
Le budget 2015 de la CGLLS présente une hausse globale de 25% des cotisations des organismes Hlm qui s’établissaient à 175 millions d’euros en 2014 et passeront à 230 millions d’euros en 2015.
 
Cette hausse est injustifiée. La part du budget 2015 réservée aux activités principales de la CGLLS, à savoir les missions de garantie et d’aides essentielles pour les organismes Hlm, est pour la première fois devenue minoritaire par rapport aux fonds qui sont fléchés directement au budget de l’État.
 
L’excédent, produit facticement par la décision des représentants de l’État, conduira à un résultat excédentaire et sera prélevé, in fine, par l’État.
 
Un tel procédé ne serait pas nouveau. Le PLF 2015 (Projet de loi de finances) et le PLFR 2014 (Projet de loi de finances rectificative) prévoient déjà des prélèvements de 15 et 120 millions sur la CGLLS.
 
Pour l’ensemble de ces raisons, les trois représentants de l’Union sociale pour l’habitat, dont Alain Cacheux, président de la CGLLS, dénoncent ces agissements.
 
« Ces décisions unilatérales  de l’État  pèsent directement sur les moyens que les organismes peuvent mobiliser pour construire et rénover. Alors que le bâtiment a besoin d’activité, que la demande de logement social ne cesse de croître, ce sont des décisions de court terme et clairement à rebours de la dynamique engagée à travers la signature de l’Agenda Hlm 2015-2018 intervenue il y a tout juste deux mois », dénonce Alain Cacheux.
 

 

Contacts presse : Joachim Soëtard / Christine Dalle - Direction de la Communication et des Revues  - Tél. : 01 40 75 52 70