12.10.2011

Faire agir l'Europe au cœur de nos quartiers

L'Union sociale pour l'habitat accueille très favorablement les propositions législatives de la Commission européenne relatives à la réforme des fonds structurels post 2013.

L'Union sociale pour l'habitat accueille très favorablement les propositions législatives de la Commission européenne relatives à la réforme des fonds structurels post 2013.

Le secteur du logement y est identifié comme un secteur prioritaire d'intervention pour promouvoir une économie pauvre en carbone conformément aux objectifs de l'UE 2020, comme l'a affirmé le Commissaire Johannes Hahn* devant le Congrès du Mouvement Hlm qui s’est tenu à Bordeaux en septembre dernier. 

En proposant de mettre fin au plafond des 4% de l'enveloppe FEDER pour améliorer la performance énergétique des logements et d'affecter au moins 20 % de cette enveloppe à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables, la future politique de cohésion 2014-2020 va ainsi permettre aux territoires de développer des projets ambitieux de rénovation thermique des logements sociaux afin de :

  1. lutter contre la précarité énergétique et d'améliorer le pouvoir d'achat des ménages les plus modestes ;
  2. créer des emplois locaux non délocalisables et de consolider les filières locales d'emplois verts ;
  3. faire des économies d'énergie à grande échelle en vue d'atteindre les objectifs de l'UE 2020.

En France, 50 000 ménages à revenus modestes occupant des logements sociaux ont déjà bénéficié d'une rénovation thermique de leur logement cofinancée par le FEDER pour un investissement total d'un milliard d'euros et 15 000 emplois induits au niveau local. Les organismes Hlm se sont engagés à rénover thermiquement 800 000 logements sociaux les plus énergivores d'ici à 2020.

Cette proposition de la Commission est pleinement en adéquation avec la proposition de directive sur l'efficacité  énergétique qui impose de réhabiliter chaque année 3% des bâtiments publics, y compris des logements sociaux, à partir du 1er janvier 2014.

Par ailleurs, en proposant de consacrer 5 % du budget FEDER au développement urbain intégré et 20 % du Fond social européen (FSE) à l'inclusion sociale, la Commission européenne donne aux villes européennes et aux  acteurs de terrain, les moyens de développer des projets intégrés qui permettent d'améliorer réellement la qualité de vie des citoyens et de lutter contre la pauvreté dans les zones urbaines.

L'Union sociale pour l'habitat appelle le Parlement européen et le Conseil à soutenir ces propositions qui contribueront à faire agir l'Europe dans nos quartiers et, ainsi, à réconcilier les citoyens avec l'Europe.