Hlm : La fin des stéréotypes

Le Mouvement Hlm publie aujourd’hui les résultats de la première édition de son baromètre annuel d’image du logement social. Cette étude révèle que les Français ont une bonne image des quelque 4 millions de logements sociaux en France.

Paris, le 28 avril 2011. Le Mouvement Hlm publie aujourd’hui les résultats de la première édition de son baromètre annuel d’image du logement social. Menée par TNS Sofres pour le compte de l’Union sociale pour l’habitat, cette étude révèle que les Français ont une bonne image des quelque 4 millions de logements sociaux en France, investissent le Mouvement Hlm d’importantes missions et en attendent beaucoup.

« Je me réjouis de ces résultats, commente Thierry Repentin, président de l’Union sociale pour l’habitat. Ils montrent que les Français, loin des clichés souvent martelés sur ce sujet, nourrissent une vision et des projets pour le logement social qui doivent pousser tous les acteurs et les observateurs à évoluer ».

Une bonne image, quoique paradoxale

L’étude révèle d’abord un fort paradoxe : alors qu’une majorité de Français (58%) déclare avoir, personnellement, une bonne image des Hlm - ce score atteignant 72% pour les personnes qui ont une forte proximité avec les Hlm[1] et culminant à 75% pour celles qui les habitent - 74% des personnes interrogées estiment que les Français ont une mauvaise image des Hlm !

L’opinion n’est pas exempte de tiraillements, entre « persistance rétinienne » des grands ensembles et prégnance des stéréotypes d’une part, et reconnaissance des évolutions positives et des progrès accomplis d’autre part.

Mais ce sont bien les progrès et une forme de « normalisation » de l’image qui prédominent désormais :

  • 74% des répondants estiment ainsi que les Hlm sont « des lieux de vie comme les autres » ;
  • 72% qu’ils ont beaucoup évolué sur le plan architectural ;
  • 59% contestent l’affirmation selon laquelle les Hlm seraient des « ghettos » ;
  • 65% désapprouvent l’affirmation selon laquelle les Hlm seraient « uniquement des tours et des barres »

Les Hlm, éléments incontournables de la cohésion sociale….

Pour l’immense majorité des Français aujourd’hui, les Hlm constituent un filet de sécurité irremplaçable dans la société, un rempart contre l’anomie, un élément incontournable de la cohésion sociale.

Ils sont ainsi 92% à estimer que le logement social est « indispensable » :

  • Face à l’urgence des besoins, une large majorité (80%) des Français estime qu’il n’y a aujourd’hui pas assez de logements sociaux en France (contre 4% qu’il y en a trop et 14% ni trop ni pas assez).
  • Le caractère indispensable des Hlm est également particulièrement apprécié et souligné dans un contexte d’inquiétudes pour l’avenir : 44% des Français (non locataires de Hlm) estiment ainsi qu’ils pourraient un jour avoir besoin d’un logement social ! De surcroît, 50% des sondés pensent que leurs enfants auront un jour besoin d’avoir accès à un logement social, et c’est même le cas de 67% des ouvriers.

… au profit de tous

Le logement social ne saurait par conséquent être réservé à une catégorie de Français en particulier, notamment les plus démunis : 39% des Français estiment ainsi que les logements sociaux devraient être attribués aux personnes à revenus modestes, 31% d’entre eux jugeant que les Hlm devraient être destinés aux plus démunis, et 28%, qu’ils devraient l’être à de larges catégories sociales. Quant aux locataires Hlm ils se montrent encore plus soucieux de préserver la mixité des logements Hlm : leur souhait que ceux-ci soient accessibles à de larges catégories est de 10 points supérieur à la moyenne (38% vs. 28%).

Construction, attribution, économie d’énergie… les Français attendent beaucoup du logement social

Au total, les Français expriment des attentes fortes à l’égard du Mouvement Hlm, attentes qui se cristallisent autour de 4 axes jugés prioritaires par plus de 60% des répondants :

  • La réduction de la consommation énergétique des logements pour diminuer les charges des locataires (prioritaire pour 73% des Français) ;
  • La construction de plus de Hlm pour répondre à la demande (69%) ;
  • La rénovation des logements existants (68%) ;
  • Le fait de rendre plus claires les conditions d’attribution des Hlm (64%).

Les organismes Hlm apparaissent donc autant, aux yeux des Français, comme des gestionnaires que comme des bâtisseurs. Ceci justifie pleinement leur mobilisation sans relâche pour résorber la pénurie de logements et contribuer au mieux vivre-ensemble : en 2010, année record, ce sont ainsi 102 400 logements sociaux qui auront été financés par les organismes Hlm pour le locatif[2] (à quoi ajouter, dans le champ de l’ANRU, 16 000 logements financés) et 13 800 logements pour l’accession.

Méthodologie : 

Enquête réalisée par l’institut TNS Sofres, par téléphone du 5 au 14 avril 2011 auprès d’un échantillon national de 1 000 personnes représentatif de l’ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus et d’un sur-échantillon de 200 locataires Hlm. Lors du traitement, les résultats de ces deux échantillons ont été agrégés et les locataires de logements sociaux remis à leur poids afin d’assurer la représentativité de l’échantillon.




[1] C’est-à-dire celles qui y ont vécu au cours de leur vie, connaissent d’actuels occupants et/ou ont des Hlm dans leur quartier.

[2] Ceci intégrant les 14 200 logements acquis auprès d’Icade en Ile-de-France.