03.09.2012

Inquiétudes quant à l'éventuelle mise en extinction des activités du CIF

L’Union sociale pour l’habitat s'inquiète d'une éventuelle mise en extinction des activités du Crédit Immobilier de France qui pourrait mettre en péril le financement de l'accession sociale à la propriété.

L’Union sociale pour l’habitat prend note de la décision de l’Etat d’accorder une garantie au Crédit Immobilier de France.

Elle est particulièrement attentive à la gestion du devenir de l’ensemble du réseau des sociétés d’accession sociale à la propriété, membres de l’Union sociale pour l’habitat et dont le Crédit Immobilier de France est une composante, et notamment aux missions sociales auxquelles sont dévolus un certain nombre des profits réalisés dans ce réseau. Elle estime absolument nécessaire que les fonds propres accumulés par ces sociétés soient utilisés dans le domaine de l’accession sociale, et plus généralement du logement social.

L’Union souligne que si l’établissement était géré en extinction, comme le laissent entendre plusieurs commentateurs, cela se traduirait, au-delà même du sort des 2 500 salariés, par une très forte réduction de l’activité en France de prêts à l’accession sociale. Le CIF, qui finance l’accession sociale à la propriété et non l’activité locative Hlm, est en effet le seul acteur qui demeure spécialisé dans ce domaine. A l'heure où les banques demandent à leurs clients des apports personnels que les ménages modestes ne sont pas en mesure de mobiliser, et réduisent la durée de leurs prêts, la situation ainsi créée pose un problème politique et social.

L’Union sociale pour l’habitat demande donc à l’Etat de préciser d’urgence sa politique en la matière, et souhaite être associée à cette réflexion.

Par ailleurs elle ne peut que prendre acte des aspects qui relèvent de la loi bancaire, qu’il ne lui appartient pas de commenter.

Documents joints :