Hlm et contribution aux politiques de développement durable des collectivités

La lutte contre la précarité énergétique, le développement de la ville durable et la préservation des ressources naturelles constituent des priorités pour les organismes Hlm, dont l’action de long terme implique une réflexion en amont sur la durabilité des biens et des services qu'ils proposent.

• Lutter contre la précarité énergétique
L’éco-performance est une préoccupation de longue date dans le secteur Hlm, qui agit pour limiter les charges énergétiques des ménages depuis le choc pétrolier de 1973. Dès 2009, le secteur Hlm a généralisé le recours au label Bâtiment basse consommation 2005 (BBC) pour les opérations neuves. Il poursuit parallèlement l’application de son important programme national de rénovation thermique et s’est engagé, dans le cadre du pacte signé avec l’État en 2013, à atteindre d’ici à 2015 la réhabilitation thermique de 100 000 logements par an.
Aujourd’hui, la consommation moyenne d’énergie primaire des Hlm est inférieure de 30 % à celle de l’ensemble du parc résidentiel en France (en moyenne 170 kWh EP/m²/an contre 240 kWh EP/m²/an). L’empreinte carbone des Hlm est également maîtrisée, avec 11 % des émissions de CO2 national, tandis que les Hlm représentent 16 % du parc des résidences principales.

• Faire émerger l’éco-citoyenneté
La sensibilisation des résidents aux éco-gestes est le deuxième pilier de l’action des Hlm en faveur de l’éco-performance.
Sensibilisation et formation aux usages des bâtiments BBC, réduction des consommations d’eau, tri des déchets, suivi des consommations : les initiatives de sensibilisation sont nombreuses et contribuent, sur le long terme, à la transformation des comportements.
Les organismes Hlm adoptent aussi une approche environnementale en tant que maîtres d’ouvrage et gestionnaires : chantiers propres, matériaux bio-sourcés issus le plus possible de filières locales…

• Contribuer au développement de la ville durable
Ensemble, les collectivités locales et les organismes Hlm conçoivent des programmes architecturaux innovants pensés pour bien s’intégrer au tissu urbain. Les Hlm contemporains, à taille humaine, sont composés de 20 logements en moyenne, afin de concilier le désir d’habitat individuel et le souci d’économiser l’espace. En s’efforçant de réduire la distance entre domicile et travail, les Hlm contribuent en outre à la diminution de l’empreinte écologique des déplacements des habitants. Enfin, les expérimentations se multiplient pour valoriser la présence du végétal dans la ville, notamment par la création de jardins partagés.

L’objectif n° 1 : la baisse des charges pour les ménages
De nombreux référentiels de performance énergétique sont aujourd’hui proposés. Il est important pour les collectivités et les organismes Hlm de choisir, pour chaque opération, celui qui permettra d’optimiser trois critères : coût d’investissement, coût de maintenance et d’exploitation et surtout bénéfices concrets pour les ménages, notamment en termes de réduction des charges énergétiques et d’amélioration de la qualité d’usage. Pour identifier les « bonnes pratiques », le Mouvement Hlm a mis en place avec plusieurs partenaires un Observatoire de la performance énergétique.