Point de vue 18.06.2015

Hlm sur cour(t) : redécouvrir la vie, la ville

C’est le film "Gagarine" qui a reçu le premier prix du concours "Hlm sur cour(t)" organisé par l’Union sociale pour l’habitat dans le cadre de la Semaine nationale des Hlm. Juste récompense et les autres œuvres étaient également excellentes. Bel exercice que ce concours qui permet à de jeunes créateurs bénéficiant de l’accompagnement opérationnel de la Maison du film court de produire une œuvre qui va leur permettre d’entrer dans la carrière ou simplement de proposer un regard libre et original sur le logement social.

On en est à la troisième édition de ce concours dans lequel les quartiers d’habitat social sont fréquemment le sujet ou le cadre de l’action. Longtemps, le Mouvement Hlm et les organismes qui le composent furent le bouc-émissaire de l’échec final de cet urbanisme des années 1960-1970. Comme si l’Etat promoteur de la politique industrielle du chemin de grue, les architectes, les urbanistes n’avaient pas défini alors la forme des villes. Désignés comme coupables, nous nous tûmes sur ces lieux de vie intense, de solidarité, d’amélioration à un moment donné de la qualité de l’habitat. Une sorte de déni s’installa par rapport à cette partie de nous-mêmes. Au début des années 1980, on passait à autre chose. Fini les grands ensembles. Enfin la qualité architecturale et urbaine dans le logement social. Sauf que, comme dit la chanson, on ne refait pas sa vie, on continue seulement.

Aujourd’hui, sur les quartiers, grâce, il est vrai, au programme national de rénovation urbaine, la perspective change. Ils font l’objet d’une attention nouvelle, d’investissements significatifs sur les formes urbaines, l’habitat, les équipements, les moyens de transport. Ce processus entraîne, du coup, un changement assez généralisé du regard sur la vie elle-même dans les ensembles et la possibilité qu’ils évoluent en tant qu’objet culturel.

Ainsi la nouveauté n’est-elle pas que les quartiers deviennent sujet de film, ils l’ont toujours été, mais qu’ils le deviennent pour le Mouvement et les organismes Hlm eux-mêmes. Une sorte de réconciliation des Hlm avec eux-mêmes.

Frédéric Paul
Délégué général de l'Union sociale pour l'habitat