"La Semaine des Hlm : un moyen unique pour une communication collective et d’envergure"

Joachim Soëtard, directeur de la Communication et des Revues, souligne les enjeux et les ambitions de la deuxième édition de la Semaine nationale des Hlm, qui se tiendra du 14 au 22 juin 2014. Une initiative résolument positive dont le nouveau fil rouge est "Construire l’avenir".

Journée des locataires - Opac du Rhône © L. Danière
  • Vous avez choisi pour thème de cette nouvelle édition de la Semaine nationale des Hlm « Construire l’avenir ». Quel message souhaitez-vous ainsi porter ?

En 2011, l’Union sociale pour l’habitat a enclenché un cycle de communication centré sur la lutte contre les préjugés. Nous sommes, en effet, tous confrontés à la persistance de ces clichés, relayés encore abondamment : soupçon de clientélisme, logements au rabais, quartiers difficiles, logements à vie, passoires thermiques… Il a donc fallu ce temps 1, de mise au point, pour forger une représentation plus exacte de l’habitat social en France. Je note que c’est un angle de communication avec lequel le Mouvement Hlm est familier, puisqu’en 1987, c’était déjà celui de la campagne dite du « Dinosaure ».

Aujourd’hui, nous souhaitons aller au-delà de l’exercice de déconstruction, sortir d’un ton que d’aucuns pourraient juger « professoral » et embrasser une communication positive, qui fait état de notre contribution à la société. Et je reprendrai là le discours de Jean-Louis Dumont, président de l’Union sociale pour l’habitat, lors du dernier Congrès : «  Nous sommes des bâtisseurs de logements, mais aussi de justice et de cohésion. Cette mission n’est pas partisane, elle est républicaine ».

« Construire l’avenir », ce n’est donc pas rêver l’habitat de demain, c’est réaffirmer qu’il s’agit de notre mission historique. Les investissements d’aujourd’hui façonnent le vivre-ensemble de demain. Nous voulons dire que les Hlm sont vecteurs de progrès et la Semaine nationale des Hlm s’en fera l’écho sur quatre thèmes : l’innovation sociale et architecturale, le développement durable, la participation citoyenne des locataires, le rôle économique majeur des Hlm.

  • Quel est l’impact d’un événement tel que la Semaine nationale des Hlm ?

La puissance de l’événement, ce sont les organismes Hlm et les associations régionales qui la donnent. En 2013, 224 organismes se sont inscrits dans la démarche et ont organisé 600 événements. Cela a permis de faire résonner notre voix à travers plusieurs centaines de retombées presse. 10% de Français ont entendu parler de la Semaine. Ce sont 10% qui, de près ou de loin, ont entendu parler de nous de manière différente et positive.

La Semaine nationale des Hlm est un moyen unique pour le Mouvement de faire une communication globale, collective et d’envergure à destination du grand public et des locataires. Seule une campagne publicitaire à grand renfort d’achats d’espace pourrait avoir un impact similaire, mais c’est une option qui, pour des raisons philosophiques et budgétaires, ne peut être envisagée.

La puissance, c’est donc le nombre et la répartition sur le territoire, mais c’est aussi la portée des thématiques et la qualité des événements.

Par ailleurs, le contexte politique et socio-économique actuel requiert une parole renouvelée et répétée de la part du Mouvement Hlm. 2014 est une année de montée en puissance du Pacte d’objectifs et de moyens : il s’agit de la première année pleine. Nous sommes du reste en année électorale : il est donc important d’expliquer aux nouveaux élus et à leurs équipes les objectifs, les moyens et l’appui que nous pouvons leur apporter. La Semaine nationale des Hlm constitue pour cela une formidable occasion. Enfin, 50 milliards d’euros d’économies ont été annoncés par le Gouvernement. Il y a fort à parier qu’elles se porteront également sur le budget du Logement. Il faut donc porter notre voix haut et fort.

  • Le concours de courts métrages « Hlm sur cour(t) » a été relancé. Cet événement national a-t-il vocation à créer un effet d’entraînement sur le territoire ?

L’Union sociale pour l’habitat donne un cadre et invite les organismes et associations régionales à participer. Notre action vient en complément des leurs. Évidemment, nous appelons de nos vœux une montée en puissance du concours de courts métrages « Hlm sur cour(t) ». Ce dernier a permis d’établir une connexion inédite entre une communauté artistique et le monde Hlm. Nous ferons d’ailleurs en sorte que les films soient mis à la disposition des organismes pour que des projections puissent avoir lieu partout en France. Les réalisateurs nous offrent leurs images, leurs histoires et illustrent ce qu’on oublie trop souvent à propos des Hlm, ils sont là pour permettre aux gens de vivre leur vie.