Ressources humaines 23.07.2015

Les bailleurs sociaux représentés au conseil d’administration de l'association NQT

Année après année, les liens entre le Mouvement Hlm et Nos Quartiers ont des Talents se sont resserrés. Les partenariats ont essaimé partout en France. C’est pourquoi NQT vient de faire entrer l’Union sociale pour l’habitat, représentant du Mouvement Hlm, au sein de son conseil d’administration.

À quand remonte le partenariat entre l’Union sociale pour l’habitat et NQT ?

Sophie Guerdin (Responsable carrière et formation, Direction des ressources humaines, Union sociale pour l’habitat) : Le partenariat remonte à septembre 2012. Il existe une cohérence de valeurs entre NQT et l’Union sociale pour l’habitat qui tient à l’articulation de leurs missions. C’est le rôle des Hlm que de participer au développement social et économique des quartiers et de s’appuyer, pour ce faire, sur des acteurs connus et reconnus en la matière. Ainsi NQT s’occupe d’accompagner des jeunes diplômés qui viennent notamment des quartiers Hlm, il y a une logique opérationnelle à les soutenir dans cette voie. 

Raynald Rimbaud (Cofondateur de NQT, 1er  Vice-président, Directeur général): Mon épouse travaillait en 2012 au développement de l’association et c’est elle qui a noué les premiers contacts avec l’Union sociale pour l'habitat. Nous recherchions à cette époque des partenaires qui nous permettraient de ne pas dépendre exclusivement de la subvention publique et nous formions le vœu d’une diversité des partenaires. Il nous a semblé logique de nous tourner vers l’immobilier. C’est ainsi que nous avons contacté Solendi, collecteur du 1%. Puis nous avons choisi de nous tourner vers la structure qui représentait les bailleurs sociaux : l’Union sociale pour l’habitat.

Une action emblématique de votre partenariat depuis 2012 ?

S. G. : Nous avons signé une convention en 2012 : il y avait bien sûr une volonté de l’Union en tant qu’entreprise de faire du parrainage mais l’idée était d’aller plus loin en devenant un relai vers nos adhérents. Nous avons accueilli NQT sur un stand au Congrès depuis le tout début du partenariat. La première fois au Congrès de Rennes en 2012 donc. Il s’agit d’un engagement réciproque puisque NQT met à disposition de l’Union sociale pour l'habitat un stand lors de leur rencontre nationale annuelle. L’Union va ainsi à la rencontre des jeunes pour leur présenter les métiers du secteur Hlm et les accompagner dans leur recherche.

R. R. : Notre plus grande avancée avec les bailleurs est intervenue en 2013. Nous avons été présentés à Immobilière 3F et nous avons signé la première d’une longue série de conventions avec d’autres bailleurs. Avec 3F, nous avons organisé des présentations des métiers, des afterworks avec des jeunes... Il y a eu beaucoup de parrainages et aussi de l’événementiel. Progressivement sur notre événement annuel, les bailleurs ont pris leurs propres espaces au côté de l’Union sociale pour l’habitat. 

Pourquoi faire entrer l’Union sociale pour l'habitat au conseil d’administration de Nos Quartiers ont des Talents ?

R. R. : Les bailleurs sociaux ont un poids réel, 37 d’entre eux sont aujourd’hui partenaires-mécènes de NQT. Nous tenons à ce que le conseil d’administration (CA) soit à l’image de nos adhérents. Il était important pour nous qu’ils puissent avoir une voix au sein du CA. Cette voix est naturellement incarnée par l’Union sociale pour l’habitat. Au-delà, le CA détermine les orientations à prendre pour l’association et nous attendons évidemment de l’Union sociale pour l’habitat qu’elle soit force de propositions. Notre objectif cette année est de trouver des actions pour aider à la prise d’envol de quelque 6000 jeunes, dont 2000 dans les quartiers prioritaires : le défi est de taille ! Nous souhaitons un CA qui travaille dur ! Il se réunit 5 fois par an. Enfin rappelons que derrière l’emploi, la deuxième problématique c’est le logement et, de ce point de vue, les Hlm ont des réponses à apporter en termes de mobilité.

S. G. : Les organismes Hlm maillent tout le territoire, ils sont créateurs d’emploi et surtout ce sont des acteurs qui sont présents dans les quartiers prioritaires. Nous allons aider NQT à mieux "sourcer" les jeunes au sein des quartiers. Par ailleurs, les bailleurs sont en demande vis-à-vis de l’Union pour créer un réseau des bailleurs NQT afin de monter des actions communes. Ainsi, entrer au CA, c’est une manière pour l’Union sociale pour l’habitat d’être systématiquement associée à toutes les actions à destination des bailleurs et de participer à la réflexion en amont.

Y aura-t-il des déclinaisons locales au niveau des associations régionales d’organismes d’habitat social ?

S. G. : Justement, l’AROSH Poitou-Charentes vient de signer une convention incluant 6 offices Hlm. 

R. R. : L’objectif est de signer le même type de convention avec d’autres associations régionales, à commencer par la région Aquitaine. Romain Mignot, directeur de l’AROSH Poitou-Charentes, nous a donné de précieux contacts un peu partout. Ce que l’on peut dire, à mesure que nous rencontrons les bailleurs, c’est que cela a beaucoup de sens pour eux. Le Mouvement Hlm parle d’un seul homme. La dynamique s’est bien installée dans tout le réseau et dans toutes les régions. Il y a un véritable effet de levier.

Le mot de Romain Mignot, directeur de l’AROSH Poitou-Charentes

Dans le cadre de l’élaboration des contrats de ville, nous avons considéré que les bailleurs n’étaient pas uniquement des acteurs mobilisés autour des enjeux de construction et de réhabilitation du patrimoine mais également des acteurs engagés en faveur de l’accompagnement des ménages, de la concertation, de l’animation de la vie des quartiers, etc.

Les bailleurs sont également reconnus comme des acteurs du développement économique des quartiers (locaux commerciaux, clauses d’insertion dans les travaux,…). Dans ce cadre, un sujet est moins identifié : celui de l'accompagnement vers l’emploi dans les quartiers.

C’est dans cet esprit que l’AROSH Poitou-Charentes a rencontré NQT. La communauté de vue s’est imposée comme une évidence. Nous avons donc signé une convention. En plus de l’AROSH Poitou-Charentes, 6 bailleurs en sont signataires : Rochefort Habitat Océan, Habitat 17, la SA Atlantic Aménagement, la SA HLM des Deux-Sèvres, la SA régionale Hlm de Poitiers, et Habitat Sud-Deux-Sèvres.

Historique de NQT (Nos Quartiers ont des Talents)

À la source de l’association NQT, on trouve un projet porté par le MEDEF 93 Ouest. En 2005, Raynald Rimbaud en est alors le Délégué général et conçoit une opération vers les jeunes diplômés du 93, avec Yazid Chir, alors Président du MEDEF 93 Ouest. L’opération test est menée auprès de 200 jeunes. Pour capitaliser sur ce succès, une association du même nom est créée en 2006 et un CA est ensuite mis sur pied. Depuis, elle connaît un développement constant. Si elle reste en 2007 très ancrée sur les départements 93, 95, 91, elle s’ouvre rapidement à la totalité des départements franciliens. 2010 signe l’ouverture vers la province avec la région Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées, puis l’Aquitaine en 2011, le Nord-Pas-de-Calais et la région P.A.C.A en 2012, la Picardie en 2013, la Haute-Normandie, le Poitou-Charentes, le Languedoc-Roussillon en 2014, Centre-Val de Loire et Alsace en 2015 . L'association couvre aussi les départements de la Martinique, de la Guadeloupe, et de la Réunion depuis 2013, la Mayenne depuis 2014, la Sarthe depuis 2015.