Mention spéciale pour Cache-cache (Hlm sur cour(t) 2013) au Festival Génération court

Le court-métrage "Cache-cache", primé dans le cadre de la Semaine nationale des Hlm en juin 2013, vient d'être récompensé au Festival Génération Court. Une interview de la réalisatrice, Maïmouna Doucouré, pour qui le concours Hlm sur cour(t) a été "une vraie école".

Tournage Cache-cache, photographe Jérôme Tripier-Mondancin

Cache-cache a été présenté à quelques festivals, quelles récompenses a-t-il remporté ?

Oui, mon court-métrage a été mis en compétition au Festival Génération Court le vendredi 22 novembre et a remporté la mention spéciale du Jury. Il a également été présenté au festival des Pépites, de manière non compétitive et a reçu un très bon accueil !

Qu'est-ce qui explique que ce film plaise autant, selon vous ?

Selon les échos et retours que j’ai pu avoir suite à ses présentations, les publics semblent retenir l’univers poétique du film. Ils sont séduits par l’authenticité du jeu des enfants, par la nostalgie que peut leur procurer cette période de la vie. Cet aspect est très présent dans l’histoire que je raconte.

Comment s'est déroulé l'atelier d'écriture du CNC auquel vous avez participé ?

C’est une belle expérience ! Huit personnes sont sélectionnées sur la base d’un synopsis que l’on présente. Nous intégrons ensuite trois ateliers d’écriture au cours de trois Festivals de cinéma en France. L’objectif est d’aboutir à un scénario que nous présentons à des producteurs qui nous prodiguent des conseils et avis concrets. Cela m’a été très utile et m’a beaucoup aidée pour mon prochain film dont je viens de finir l’écriture.   

Est-ce votre prochain projet ?

Oui, il comportera le même type d'ingrédients que Cache-cache avec encore un peu de poésie, à travers le prisme de l’enfance. Mais cette fois, c'est une histoire sur la polygamie vue par une petite fille de 8 ans.

Finalement, 6 mois après avoir tourné Cache-cache, qu’est-ce qu’"Hlm sur cour(t)" a représenté pour vous ?

J’ai découvert ce concours de manière fortuite. C’était mon premier court-métrage en tant que réalisatrice, j’écris beaucoup mais je n’avais pas prévu de me consacrer à la réalisation si tôt. Mais ce thème m’a interpellée, en effet j’ai grandi dans un Hlm et ai considéré que, par ce vécu, j’aurais des choses intéressantes à exprimer et transmettre. J’ai décidé d’y participer mais je ne m’attendais cependant pas à être sélectionnée ! J’ai été très heureuse de cette annonce et de ce résultat. Je me suis donc lancée dans l’aventure, dû tout apprendre, cela a été pour moi une vraie école. On peut dire que c’est grâce à ce concours, "Hlm sur cour(t)", que j’ai attrapé le virus ! Je n’ai qu’une hâte, c’est de remettre le pied à l’étrier !

Si vous aviez un conseil à donner aux futurs lauréats ?

Le premier conseil que je donnerais est de s’amuser, de prendre ce concours comme un jeu, de prendre du plaisir. Ensuite, je pense qu’il est très important d’être sincère dans ce que l’on raconte. Il faut également savoir que c’est très éprouvant, mais que, peu importe l’expérience des candidats, ce projet est extrêmement bénéfique.