Observer le foncier: articuler traitement des données et travail de terrain

La journée du réseau des acteurs de l'habitat du 14 novembre 2013 avait pour thème "Observer pour décider : une exigence partagée par les territoires ?" Retour sur un des 4 thèmes de la journée par François Valégéas. Comment l'observation du foncier peut éclairer une stratégie ?

"Observer pour décider" Atelier du 14/11/2013 © G. Roubaud, USH

Connaître les dynamiques foncières : une condition pour la mise en œuvre des stratégies urbaines

La question foncière doit être considérée comme un outil au service d’une stratégie. Or si la question foncière est appréhendée comme un enjeu politique, il est nécessaire de bien comprendre les dynamiques, les tenants et les aboutissants de son évolution. Il s’agit ainsi, à travers une observation des données de valeur du foncier, de faire le lien entre le jeu des acteurs (notamment de la production du logement) et les résultats de la valeur produite.

La donnée foncière comme outil de dialogue et d’action sur les territoires

Le traitement des données foncières demeure une question complexe, sur laquelle les différents intervenants ont pu apporter leur expérience. Par exemple, la base "Demande de Valeurs Foncières" ouverte progressivement aux collectivités locales leur permet d’avoir un accès aux différentes ventes foncières et immobilières sur leur territoire. L’analyse longitudinale des dynamiques sur les territoires permet de mettre en lumière les stratégies que les acteurs, notamment privés, opèrent sur un territoire, à la fois pour suivre l’évolution de la mobilisation du foncier, mais aussi pour anticiper d’éventuels risques de fractures entre des territoires rendus ultra-concurrentiels et le décrochage de certains autres.

Des observatoires du foncier pour construire un langage commun ?

Les intervenants ont rappelé l’importance de la connaissance foncière. En effet, que cela soit pour aborder des questions de logement, d’emploi ou d’environnement, le foncier reste l’enjeu de base sur lequel s’appuyer. Mais l’action sur le foncier nécessite une réflexion préalable entre les acteurs présents sur le territoire pour se mettre d’accord sur des définitions partagées, en somme construire un langage commun comme préalable à la discussion.

"Observer pour décider" : croiser les approches au sein de structures souples et adaptables

Les données foncières brutes doivent faire l’objet d’une analyse partagée afin de "mettre à l’épreuve les chiffres entre experts". Les observatoires permettent une mise en commun des connaissances pour une meilleure cohérence des stratégies qui en résultent. Ces observatoires dépassent ainsi la seule question du foncier pour devenir des lieux de dialogue entre des acteurs qui se rejoignent sur un même territoire mais n’agissent pas toujours en synergie. La structure des observatoires nécessite alors d’être pensée en amont afin d’intégrer en son sein des partenaires très différents, en privilégiant par exemple le format des clubs ou des réseaux d’échange souples et adaptables au contexte.

La totalité de cet article est disponible en PDF ci-dessous.

De nombreuses ressources sont disponibles sur le site du réseau des acteurs de l’habitat.