Que deviennent… Anne-Claire Jaulin et Sophie Galibert (lauréates d'Hlm sur cour(t) 2013)

Elles nous ont fait rire avec "Les préjugés anonymes" lors du concours Hlm sur cour(t) 2013. Les deux pimpantes réalisatrices Anne-Claire Jaulin et Sophie Galibert nous reviennent avec des projets plein la tête, des réalisations et quelques bons conseils pour les participants de l’édition 2014.

Tournage du film © Les préjugés anonymes par Anne-Claire Jaulin et Sophie Galibert

Le film Les Préjugés Anonymes vous a-t-il permis de déclencher de nouvelles collaborations ?

Anne-Claire Jaulin : Bien sûr ! Avec Sophie, suite au concours Hlm sur cour(t), nous venons de réaliser un film pour le bailleur Batigère Ile-de-France. Ils ont vu et beaucoup apprécié Les Préjugés Anonymes. Batigère était à la recherche d’un film tout aussi décalé, nous avons donc essayé de garder ce ton malgré des conditions différentes. Nous sommes prêtes pour d’autres projets de ce type.

Sophie, où en est le film Crevette que vous prépariez et que vous avez tourné cet été ?

Sophie Galibert : Crevette sera prêt pour le mois de février, une projection aura lieu à cette occasion à Paris... Le grand marathon des festivals commencera alors !

Le financement participatif en ligne que vous avez lancé pour ce film a-t-il permis de boucler une partie du budget ?

S.G. : Oh oui ! J'ai réussi à atteindre mon objectif (et même à le dépasser). Grâce à ma campagne de collecte en ligne (sur le site web Ulule), j'ai réussi à boucler mon budget de production, et à avoir une enveloppe financière pour aller jusqu'au bout de la postproduction. Mais c'est énormément d'énergie et de temps, je n'imaginais pas cela aussi dur... Heureusement, on ne se lance pas tous les jours dans une campagne de crowdfunding*.

Six mois après avoir participé au concours Hlm sur cour(t), qu’est-ce que cela a représenté pour vous ?

A.-C. J. : Enormément de choses. Ces quatre jours de tournage nous ont demandé beaucoup d’énergie et de temps. Hlm sur cour(t) nous a permis sur six mois de travailler de manière transversale sur le scénario, la réalisation, la postproduction, la diffusion, ce qui est extrêmement agréable. Je garde un très bon souvenir de ce concours. De plus, c’était une première vraie collaboration avec Sophie, et cela s’est tellement bien passé que nous souhaitons continuer à travailler ensemble sur de nouveaux projets.

S.G. : Déjà 6 mois ?!!... Et bien ce projet rentre en ligne de mire de mes envies de films. Je vais continuer à développer des projets personnels, tout en me prêtant au jeu de la commande, pourquoi pas des clips, d'ailleurs !

Quels conseils donneriez-vous aux futurs candidats de l'édition 2014 ?

A.-C. J. : Je leur dirais d’être inventif, de se faire plaisir et de s’amuser dans l’écriture du scénario ! Mais aussi de faire preuve de beaucoup d’organisation et de logique étant donné le peu de temps dont ils disposent.

S.G. : Un conseil ? Se faire plaisir !

Quels sont vos autres projets en ce moment ?

A.-C. J. : Je travaille actuellement sur plusieurs projets. Il y a deux semaines, je suis partie en tournage en région Poitou-Charentes en tant que première assistante réalisatrice. En parallèle, j’ai tourné un nouveau court-métrage début décembre à Paris. C’est un projet que je coproduis avec Sophie.

Nous traitons toutes les deux le thème du souvenir mais différemment. Sophie travaille sur un sujet plutôt décalé liant le conte et la fiction, alors que mon projet est lui très naturaliste avec deux personnes âgées dans un appartement.

S.G. : Pour ma part, je termine la post-production de Crevette, le court-métrage que j'ai tourné cet été : montage son, étalonnage, effets spéciaux, composition de la musique... Je viens également de tourner un "très court-métrage" pour le concours NIKON, qui s'intitule "Il était une fin..." et qui s'amuse à revisiter trois personnages de conte de fée (Blanche-Neige, Alice et le Chaperon rouge). Ce film sera prochainement en ligne sur le site du concours NIKON.

Pensez-vous participer à des festivals prochainement ?

A.-C. J. : Mon premier court-métrage « L’Assistante » a été sélectionné à ce jour dans une trentaine de festivals et cela se poursuit. Il a d’ores et déjà remporté 7 prix dont le prix du Festival du Film Français d’Helvétie qui a eu lieu à Bienne en septembre dernier.

S.G. :  Je reviens d'une semaine en Sicile où mon court-métrage "Et dieu créa la pomme !" était sélectionné dans le cadre du festival "MAGMA" (Acireale). Mon court-métrage "Bouddhi Bouddha" a été également dernièrement en sélection au festival CHERI CHERI (Paris). Je pense me rendre comme chaque année au festival de Clermont-Ferrand. Et j'espère pouvoir retourner cette année au festival de Berlin (je faisais partie du Talent Campus) ... affaire à suivre...

*crowdfunding : financement participatif.