06.10.2015

Accueil des réfugiés : démêler le vrai du faux

L'objectif d'accueil de 24 000 réfugiés suscite interrogations et malentendus. Le Moniteur a entrepris dans un article en date du 28 septembre de démêler le vrai du faux. Focus sur les réalités des modalités d'accueil dans le parc social.

Le Moniteur a interrogé l'Union sociale pour l'habitat et le Ministère du Logement, de l'Égalité des territoires et de la Ruralité pour pouvoir démentir les contre-vérités qui circulent sur l'accueil des migrants.

  • Tous les migrants pourronts être logés dans les Hlm - FAUX

"Actuellement, un migrant ne peut pas déposer une demande de logement social car pour constituer ce dossier, une personne doit disposer d’une pièce d’identité ou d’un titre de séjour", souligne l’Union sociale pour l’habitat. Seules les personnes disposant d’un titre de séjour pourront donc être logées dans le parc social.

  • 77 310 logements sociaux vacants accueilleront les réfugiés - FAUX

L'Union sociale pour l'habitat estime de "30 000 à 40 000 le nombre de logements sociaux en bon état pouvant accueillir des réfugiés". Les 37 000 ou 47 000 logements restants font l'objet d'une réhabilitation en vue d'un relogement ou seront détruits en raison de leur obsolescence.

  • Les demandes des réfugiés seront prioritaires sur les autres - FAUX

Les demandes des réfugiés ne pourront entrer en concurrence avec les demandes déjà formulées. Elles seront fléchées sur le patrimoine dit "vacant", c'est-à-dire des habitations sociales n'ayant pas fait l'objet d'une demande depuis plus de trois mois. A noter que l'Union sociale pour l'habitat travaillera "au cas par cas avec les collectivités locales concernées pour mettre en oeuvre des plans d'insertion de ces ménages qui devront travailler, envoyer leurs enfants à l'école, etc."

  • 1000 euros par place seront débloqués pour les maires souhaitant acceuillir des réfugiés - VRAI

C'est là un engagement du Premier ministre, Manuel Valls, soit 279 millions d'euros versés par le fonds à l'investissement des collectivités locales.

précédentesuivante