Hlm 16.04.2012 Rédigé par Vincent Lourier

2012, année internationale des coopératives

Le modèle coopératif, qui allie performance économique et respect de valeurs humaines et solidaires, est mis à l’honneur en 2012 par l’ONU. Les coopératives d’Hlm dont la fédération est membre de l’Union sociale pour l’habitat se mobilisent cette année pour promouvoir ce modèle pas comme les autres.

"Une journée exceptionnelle réunissant les collaborateurs de coopératives d’Hlm se tient le 15 mai"

L’Organisation des Nations unies retient chaque année un thème qui contribue à la réalisation des objectifs de la Charte des nations unies ainsi qu'à la sensibilisation du public sur des sujets politiques, sociaux, culturels, humanitaires ou ayant trait aux droits de l'homme. Pour 2012, ce sont les coopératives qui ont été retenues.

Le modèle coopératif, facteur de développement

La résolution adoptée est sans ambiguïtés sur les vertus de ce modèle d’organisation économique : « Le modèle entrepreneurial coopératif est un facteur de développement économique et social majeur qui soutient la participation la plus complète possible des personnes dans le développement économique et social autant dans les pays développés qu’en développement et qu’en particulier, les coopératives contribuent à l’éradication de la pauvreté. »

L’importance du poids socio-économique du secteur coopératif (près d’1 milliard de membres et plus de 100 millions d’emplois dans le monde) bénéficie aujourd’hui d’un intérêt croissant au plan national et international, que cette année internationale vient souligner. Performantes et dynamiques, ces entreprises qui sont pleinement dans le marché parviennent à conjuguer efficacité économique et valeurs de démocratie, de solidarité et de responsabilité sociale.

Un secteur coopératif français dynamique

La France figure parmi les premiers pays où les coopératives sont particulièrement dynamiques. Avec 21 000 entreprises employant près d’un million de salariés et un chiffre d’affaires cumulé sur l’année 2010, filiales comprises, de 288 milliards d’euros (en augmentation de 31 milliards d’euros depuis 2009), le secteur coopératif français affirme son leadership européen, voire mondial, dans de nombreux domaines.

Ainsi, les coopératives agricoles représentent 40 % de l’agroalimentaire français avec des marques reconnues (Yoplait, Banette, Delpeyrat, Nicolas Feuillate, etc.). Les coopératives de commerçants représentent 28 % du commerce de détail (Leclerc, Système U, Krys, Intersport, etc.) tandis que les banques coopératives représentent 60 % de l’activité de banque de détail (Crédit Agricole, BPCE, Crédit Mutuel).

Les coopératives d’Hlm au service de l’intérêt général

Au sein du Mouvement Hlm, les coopératives d’Hlm connaissent également une dynamique constante depuis plus de 10 ans. Portée par la reconnaissance de l’accession sociale sécurisée à la propriété par l’État et les collectivités locales, les coopératives d’Hlm ont su tirer partie de leur gouvernance singulière pour s’ancrer dans leurs territoires et développer une offre de logements adaptés au parcours résidentiel des ménages à revenus moyens et modestes.

Le statut de société coopérative d’intérêt collectif d’Hlm (scic Hlm) obtenu en 2004 et qui concerne désormais une coopérative d’Hlm sur quatre constitue un aboutissement de cette logique partenariale en reconnaissant, par le mécanisme des collèges d’associés, le rôle des utilisateurs et des collectivités locales.

Pour les coopératives d’Hlm, 2012 est l’occasion de valoriser leur appartenance au monde de l’économie sociale et leurs règles de gouvernance atypiques qui valorisent l’intérêt collectif. Outre une journée exceptionnelle réunissant les collaborateurs de coopératives d’Hlm le 15 mai, l’Union sociale pour l’habitat a ainsi intégré l’année internationale dans sa communication et en fera son fil rouge en 2012.

Vincent Lourier, directeur de la fédération nationale des société coopératives d'Hlm

Mots clés : Coopératives d'Hlm , 2012