Maîtrise d'ouvrage 10.10.2012

« Décloisonner les programmes au service de la mixité »

Un témoignage de Daniel Cresseaux, Secrétaire général et Directeur technique de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI).

Daniel Cresseaux DR FPI

« Les échanges entre promoteurs privés et organismes Hlm sont primordiaux pour la maîtrise d’ouvrage de demain.

Sur le terrain, nous devons continuer à développer les programmes mixtes de construction, comme cela se fait actuellement, mais en décloisonnant davantage nos projets. Concrètement, au lieu d’attribuer des cages d’escalier distinctes aux organismes et aux promoteurs privés au sein d’un même bâtiment, il faudrait mixer le locatif social et la copropriété au sein d’une même cage d’escalier ou d’un même étage. C’est la garantie d’une véritable mixité sociale. Cela induit, certes, que les bailleurs ne soient plus les seuls « maîtres à bord » dans la gestion. Mais nous sommes persuadés que cela  permettrait à tous de gérer avec moins de difficultés certains aspects de la relation avec les locataires.

D’un point de vue économique, les programmes mixtes permettraient, par ailleurs, de réaliser de fortes économies pour les promoteurs privés comme pour les organismes, en faisant grossir le volume des opérations. De nombreux autres axes de mutualisation sont à exploiter, notamment vis-à-vis des équipements communs.

Pour faciliter le développement des projets de maîtrise d’ouvrage, nous menons avec l’Union sociale pour l’habitat et d’autres partenaires une action conjointe auprès des pouvoirs publics, notamment au niveau réglementaire. Si nous estimons que chacune des réglementations est pertinente en tant que telle, leur superposition aboutit souvent à des contraintes superflues, voire contradictoires. Nous insistons donc auprès des pouvoirs publics sur la nécessité de considérer la réglementation de manière transversale et non plus verticale. Nous voulons ainsi faciliter l’atteinte d’objectifs pour les maîtres d’ouvrage en termes de performance notamment énergétique, de confort, de santé publique... »