Annonce imminente d’un plan de rénovation thermique de 500 000 à 600 000 logements par an

À l’occasion de la conférence environnementale des 14 et 15 septembre, François Hollande devrait annoncer un plan de rénovation thermique majeur. Une mesure liée à sa promesse électorale de permettre à "1 million de logements par an de bénéficier d’une isolation thermique de qualité".

Alors que 13% des ménages consacrent plus de 10 % de leurs dépenses dans l’énergie pour leur habitation (Insee) et que le prix de l’électricité est appelé à augmenter, le président de la République annoncera cette semaine un plan de rénovation thermique concernant 500 000 à 600 000 logements par an, indique le site lesechos.fr. Durant sa campagne, François Hollande avait promis la réalisation d’un million de logements basse consommation par an, y incluant les constructions de logements neufs. La rénovation thermique est en effet l’un des axes majeurs du Grenelle. Le bâtiment représente 40 % de la consommation nationale et produit 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Ce programme permettrait de répondre à un triple objectif : réduire les dépenses d’énergie des Français, créer des emplois non délocalisables et diminuer les émissions de CO2. Comme le mentionne le site lesechos.fr, la CAPEB, représentant les artisans du bâtiment, rappelle que la rénovation thermique est le seul bouquet de travaux à résister jusqu'ici à la crise.

De nombreux aspects restent à préciser, liés notamment au financement du programme, estimé de 5 à 9 milliards d’euros par an. Parmi les dispositifs évoqués : les certificats d’économies d’énergie pourraient être simplifiés, le crédit d’impôt redéployé et l’éco-prêt à taux zéro confié aux régions pour être plus efficace.

La conférence environnementale aura donc lieu les 14 et 15 septembre. L’Union sociale pour l’habitat souhaite que la nouvelle feuille de route dévoilée à l'issue de cette conférence soit bâtie à partir de l'analyse de l’expérience acquise en matière d’opérations thermiquement performantes dans l’habitat social. Non seulement, pour permettre aux organismes Hlm de conforter la dynamique dans laquelle ils se sont inscrits, sans pour autant leur imposer de nouvelles normes, mais également pour amener les financeurs à revisiter les référentiels qu’ils utilisent et contribuer par-là au pouvoir d'achat des ménages modestes logés.

précédentesuivante