03.08.2012

Controverse autour de la démolition d'un immeuble de Paul Chemetov à Courcouronnes

L'Alsace.fr relaye l'indignation d'un collectif d'architectes contre la démolition programmée d'un immeuble construit par Paul Chemetov à Courcouronnes, dans le cadre du Programme national de rénovation urbaine, et met en regard la réponse du maire de la ville, Stéphane Beaudet.

25 architectes réputés parmi lesquels Henri Ciriani, Marc Mimram, Jean Nouvel, Dominique Perrault, Rudy Ricciotti, Bernard Tschumi et Thierry van de Wyngaert, président de l'Académie d'Architecture on signé une pétition, intitulée «Faut-il démolir le patrimoine du XXe siècle ?».

Selon eux, le bâtiment concerné, «construit en 1983 par Paul Chemetov et restauré il y a peu, est en danger de destruction rapide en raison de la convention signée en 2009 par l'ANRU (l'Agence nationale de rénovation urbaine) présentant sa démolition comme une nécessité». «Cette 'braderie' détruit des logements alors que l'on déplore leur pénurie, prive de travail entreprises et artisans capables de les restaurer ou de les réhabiliter, et nous dépossède d'un patrimoine du XXe siècle, qui est le nôtre», s'insurgent-ils.

Interrogé par l'AFP, le maire UMP de Courcouronnes, Stéphane Beaudet, également vice-président de la communauté d'agglomération Evry-Centre-Essonne justifie l'opération de démolition : « L'immeuble n'est pas insalubre. Sa démolition - qui doit intervenir en 2013 - fait partie d'un choix d'aménagement afin de créer 850 logements sociaux à terme. 70 familles sur 80 ont déjà été relogées et leurs dettes en loyers effacées. »

Il assure par ailleurs qu'aucune pétition d'habitants ou d'associations opposés à la démolition n'existe. Il rappelle que le projet d'aménagement urbain de l'ANRU vise à désenclaver une soixantaine de quartiers de l'Essonne.

précédentesuivante