De la verdure sur les toits de France

En 2011, un million de mètres carrés de toits sont, en France, recouverts de végétaux. Le site Batiactu dresse un état des lieux de ce marché en plein développement avec Philippe Bonnet, vice-président de l’association des toitures végétales (ADIVET).

En 2010, le végétal a fait une entrée en force dans le mobilier urbain avec 1,36 millions de m2 de toiture végétalisée réalisée. Avec un potentiel de 25 millions de m2, seules 4 % des toitures sont pour le moment verdies, les marges de progression sont donc importantes pour un marché qui pèse près de 35 millions d’euros. L’association des toitures végétales (ADIVET), interrogée par le site batiactu, vise les 1,5 millions de mètres carrés d’ici à 2015 et ce malgré un contexte économique mouvementé.

Philippe Bonnet, vice-président et animateur de la commission communication de l’ADIVET, explique que la demande provient à 70 % des marchés publics, à 20 % des clients privés de grandes surfaces commerciales et industrielles, et à 10 % des constructeurs de maisons individuelles. Ce dernier secteur est d’ailleurs en forte croissance.

L’émergence de ce marché fait naître de nouveaux acteurs. Deux types d’entreprises se partagent le domaine : les entreprises d’étanchéité et les entreprises du végétal. Philippe Bonnet souhaite, à ce sujet, rester vigilant et se méfie des "entreprises opportunistes" prêtent à faire "tout et n’importe quoi" alors que des règles professionnelles dans le domaine de la toiture végétalisée existent comme par exemple le respect des épaisseurs de culture ou un minimum d’entretien nécessaire.

L'ADIVET espère que les acteurs de la toiture et ceux des murs végétaux se fédèrent pour ne faire plus qu’un. Pour cela, elle place de grands espoirs dans le Congrès mondial de la toiture végétalisée, qui sera organisé, pour la première fois en France en 2013 sous l'égide de l'association.

précédentesuivante