02.01.2013

Le succès du Livret A repose sur une alchimie fragile

Alors que le deuxième relèvement de 25% du plafond vient d'entrer en vigueur, le quotidien Les Echos liste les éléments déterminants pour le succès de la collecte et souligne les difficultés que celle-ci pourrait rencontrer.

Le deuxième relèvement de 25% du plafond du Livret A devrait entraîner dans les prochains jours un afflux considérable de dépôts. L'embellie pourrait n'être que de courte durée pour deux raisons majeures. La première tient à la proportion très limitée d'épargnants disposant de liquidités suffisantes pour bénéficier du relèvement du plafond. Fin 2011, seuls 8,5 % du nombre de Livret A étaient au plafond contre 46,6% qui affichaient un solde inférieur à 150 euros.

La deuxième raison, soulignent Les Echos, tient à la baisse prochaine de la rémunération du Livret A. Si le Gouvernement ne déroge pas à la formule de calcul, le taux devrait s'établir au 1er février à 2%, voire moins. Bien que cette formule garantisse une rémunération supérieure au taux d'inflation, les épargnants sont surtout sensibles à la valeur faciale du taux et pourraient chercher des placements plus rémunérateurs.

Enfin, le succès de la collecte dépendra également de la réforme de l'épargne réglementée préparée en ce moment même par le Gouvernement. L'objectif affiché est celui d'une optimisation de la cagnotte du Livret A et du Livret Développement Durable.

précédentesuivante