04.06.2015

Auditeur(trice) interne

Acteur clé du respect de l’efficience des organismes, des processus d’amélioration des méthodes de travail et de la maîtrise des risques, l’auditeur interne examine les pratiques de tous les services, identifie les risques par métier ou filière et formalise les actions correctives ou préventives.

Son objectif : à partir d’une cartographie des processus et d’une hiérarchisation des risques par métier/ filière, fiabiliser et améliorer les modes de fonctionnement et les procédures de l’organisme en conformité avec sa stratégie et la réglementation en vigueur.

Ses missions

L’auditeur interne assure :

  • l’examen des pratiques de tous les services (comptable, financier, commercial, juridique, achats, informatique, gestion locative, patrimoine, construction, etc.) ;
  • l’analyse des procédures regroupées en processus et leur formalisation ;
  • l’audit des activités en vérifiant leur conformité réglementaire, leur pertinence et leur efficience ;
  • la mise en œuvre d’un plan annuel d’audit des activités ;
  • la rédaction des rapports d’audit et des préconisations visant à identifier les améliorations à apporter et actions correctives à engager, leur contrôle et l’organisation des services ;

Il peut aussi être amené à assurer des fonctions élargies : audit interne qualité dans le cadre de certifications ou de labels, proposition de tableaux de bord permettant un meilleur pilotage de certaines activités, formations à l’autocontrôle pour les responsables d’activités ou de services, etc. Dans certains cas, il peut être mis en relation fonctionnelle avec un commissaire aux comptes, voire un comité d’audit installé par le conseil d’administration.

Qualités et compétences

L’auditeur interne doit disposer d’une méthodologie éprouvée d’audit des risques et des processus, de grandes capacités de gestion de projet et d’une connaissance poussée de l’ensemble des activités dudes organismes Hlm et de leur organisation. Il doit également faire montre de

  • compétences communicationnelles : aisance relationnelle, capacité à dialoguer avec l’ensemble des professionnels de l’organisme, etc. ;
  • sens critique, pour approfondir les dysfonctionnements ou écarts identifiés, en toute impartialité.

Nouveaux défis

La multiplicité des réglementations du secteur, le développement de la qualité, la recherche d’une plus grande efficience dans des organisations désormais complexes et matricielles, font de l’auditeur interne un acteur clé du respect de l’efficience des organismes, des processus, d’amélioration des méthodes de travail et d’une plus grande maîtrise des risques du métier de bailleur social.