Livret A 16.01.2009

Les conséquences de la baisse du taux du Livret A

L’Union sociale pour l’habitat prend acte de la fixation du taux du Livret A à 2,5% et rappelle toutefois que les prêts de la Caisse des dépôts issus de la collecte des Livrets A représentent un élément déterminant de toute opération de construction de logements sociaux.

L’Union sociale pour l’habitat prend acte de la fixation du taux du Livret A à 2,5%, soit 0,5 point au dessus de la stricte application de la formule de référence.

Le Mouvement Hlm souscrit à la volonté des pouvoirs publics de préserver la rémunération du premier produit d’épargne populaire. Le maintien d’un taux attractif bénéficiera ainsi aux locataires du parc social qui sont  nombreux à détenir un Livret A et dont c’est, pour certains, le seul compte bancaire.

L’Union sociale pour l’habitat rappelle toutefois que les prêts de la Caisse des dépôts issus de la collecte des Livrets A, comme la pérennité de cette ressource, représentent un élément déterminant de toute opération de construction de logements sociaux. Malheureusement le taux résultant de la baisse décidée ce jour n’allégera pas la charge financière des organismes Hlm emprunteurs, compte tenu de la forte baisse de l’inflation.

Or, le niveau des taux d’intérêt consentis, directement liées au taux de rémunération de l’épargne, est une donnée d’autant plus sensible pour les organismes Hlm que les aides budgétaires ont connu une évolution défavorable ces dernières années, alors que les coûts de la construction et foncier ont considérablement crus. En outre, le montant total des aides à la pierre a été réduit de 30% dans le budget de l’Etat pour 2009, ce qui constitue une tendance préoccupante pour les exercices à venir et l’atteinte des objectifs du plan de cohésion sociale.

Aujourd’hui le secteur de logement social entend être un des acteurs premiers du plan de relance pour l’économie, mais il ne pourra pleinement assumer ce rôle que si les conditions financières de montage des opérations de logement s’améliorent. Il prendra sa part de l’effort à fournir et attend de l’Etat, à la tête d’une politique publique du logement ambitieuse, qu’il fasse de même.

La question du financement du logement locatif social reste entière en ces temps de pénurie de logements abordables.