Élections 06.04.2012

Le logement : cause nationale. Débat du 5 avril au Théâtre Marigny

Le 5 avril 2012, les professionnels du logement, regroupés sous la bannière "Présidentielle 2012. Logement : cause nationale", avaient invité les principaux candidats à l’élection présidentielle pour leur demander ce qu’ils comptent faire pour résoudre la crise du logement en France.

Six candidats avaient été invités devant les 700 professionnels et journalistes réunis au Théâtre Marigny (8e arrondissement) pour débattre sur le logement. Finalement, aucun n'était là physiquement. Les propositions d'Eva Joly, François Bayrou, Jean-Luc Mélenchon, François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen en matière de logement ont donc été transmises par leurs représentants. Puis les neuf fédérations professionnelles ont soumis à la réflexion de tous dix propositions pour sortir de la crise.

Le débat, animé par Patrick Poivre d'Arvor, s'est ouvert sur la présentation des résultats d'un sondage Ipsos réalisé pour la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), publié par Le Parisien ce jour. Il révèle que les Français sont 78% à penser que la création de plus de logements sociaux est une mesure efficace pour résoudre le problème du logement. Et 69% des personnes interrogées désirent un "changement en profondeur" de la politique du logement.

Les représentants des candidats sont ensuite intervenus : Emmanuelle Cosse (Europe Ecologie Les Verts), Robert Rochefort (Modem), Pierre Moscovici (Parti socialiste), Martine Billiard (Front de Gauche), Benoist Apparu (UMP) et Wallerand de Saint-Just (Front national). Chacun disposait d'une dizaine de minutes pour détailler les propositions de son camp, puis répondait aux questions de deux représentants des fédérations et associations organisatrices.

A la suite de ce "grand oral" politique, les neuf fédérations ont présenté 10 recommandations pour sortir de la "crise" au prochain président :

  • Priorité 1 : s'engager sur cinq ans
  • Priorité 2 : réformer la gouvernance et adapter les politiques aux réalités territoriales
  • Priorité 3 : rénover la politique foncière pour construire plus
  • Priorité 4 : développer l'offre locative Hlm
  • Priorité 5 : développer l'offre locative privée, en s'inspirant du système fiscal allemand
  • Priorité 6 : renforcer le diiféré de remboursement du Prêt à taux zéro pour développer l'accession des primo-accédants
  • Priorité 7 : développer l'offre en faveur des ménages à revenus intermédiaires et, tout spécialement, la location/accession
  • Priorité 8 : mettre fin à l'empilment incohérent des normes et instaurer un moratoire
  • Priorité 9 : revenir à la politique conventionnelle pour le logement des salariés
  • Priorité 10 : faire du neuf avec de l'ancien

Thierry Bert s'est exprimé au sujet de la priorité 4. "Il importe de mobiliser les moyens nécessaires, de façon pérenne, en s'appuyant sur les ressources du livret A."

Appelant de ses voeux le renforcement et l'élargissement de la gamme très sociale, il a ajouté : "Il faut renforcer et élargir la gamme tout court. Nous nous proposons en tant qu'opérateurs de logement de dialoguer avec l'ensemble des partenaires afin de trouver des solutions pour ceux qui sont trop aisés pour accéder au logement social mais pas assez pour se loger aux prix du marché."

 

Les organisateurs de ce débat : Action Logement, Fédération française du bâtiment (FFB), Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), Fondation Abbé Pierre, Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal), Union des maisons françaises, Union nationale des économistes de la construction (Untec), Union nationale des syndicats français d'architectes (UNSFA) et l'Union sociale pour l'habitat.