Congrès 2012 21.09.2012

Réussir le Congrès de Rennes

Ancienne ministre du Logement, sénatrice PS et présidente de la Fédération nationale des Sociétés coopératives d’Hlm, Marie-Noëlle Lienemann est présidente de l’Union sociale pour l’habitat jusqu'au 28 novembre. Elle livre ses priorités d’actions pour les semaines à venir.

Marie-Noëlle Lienemann, présidente de l'Union sociale pour l'habitat, DR USH

A quelques jours du Congrès de l’Union à Rennes, quelles volontés portez-vous pour le Mouvement Hlm ?

Alors que le Gouvernement prépare un nouveau cadre législatif pour la politique de l’habitat, le Congrès marque l’occasion de proposer à l’État un contrat de progrès sur la durée.

Cette édition 2012 de Rennes représente un rendez-vous majeur qui doit rappeler la nécessité d’une action collective forte en temps de crise. La situation actuelle pèse à l’évidence sur la vie des organismes Hlm, sur leurs capacités d’action, comme sur nos locataires et accédants.

Ensemble, avec les pouvoirs publics, nous devons trouver des solutions durables pour que le Mouvement Hlm continue à jouer efficacement son rôle en faveur de la cohésion sociale. L’ensemble des acteurs du monde Hlm sont conscients de l’importance de la période actuelle. Ils sauront être force de proposition dans les prochaines semaines pour inventer le modèle du logement social de demain.

Quel est votre point de vue sur les récentes décisions gouvernementales en matière d’habitat ?

L’Union sociale pour l’habitat s’est montrée très satisfaite des principales dispositions du projet de loi de Mobilisation pour la construction de logements sociaux. Nous pouvons nous réjouir de l’objectif martelé par François Hollande et porté aujourd’hui par Cécile Duflot de porter à 150000 le nombre de logements sociaux construits par an. Les premières annonces, comme la suppression du prélèvement en 2013, dont nous avions souhaité la disparition dès cette année, la mise à disposition de terrains par l'État dans des conditions favorables, le relèvement du plafond de collecte du Livret A ou le relèvement de 20% à 25% du taux du logement social imposé aux communes dans les territoires les plus tendus, constituent des leviers intéressants, qui répondent à plusieurs des vœux émis par le Mouvement Hlm lors de la convention Hlm de janvier 2012.

Mais, pour que nous soyons au rendez-vous, une nouvelle contractualisation doit être engagée avec l’Etat, et garantie dans la durée. Elle suppose une mobilisation de toutes les familles Hlm mais aussi la pérennité du soutien financier de la puissance publique. Et ce soutien doit être renforcé, car aujourd’hui, les moyens dont nous disposons ne sont pas suffisants pour atteindre les seuils ambitieux de production que le pays se fixe.

Quelles sont les autres priorités d’actions à venir pour l’Union sociale pour l’habitat ?

L’Union sera, dans un premier temps, particulièrement vigilante vis-à-vis de l’application de ces mesures. Elle veillera également à ce que les pouvoirs publics respectent le rôle et les capacités d’action des organismes au regard des échéances importantes qui arrivent. Le Gouvernement prévoit en effet une loi plus large qui réformera la politique du logement. Une nouvelle étape de la décentralisation sera, par ailleurs, inscrite dans les textes législatifs fin 2012 ou début 2013. Plus que jamais, l’Union devra être entendue si le Gouvernement veut agir en cohérence avec ces ambitions annoncées.