14.05.2013

Report deuxième phase des travaux de modernisation des ascenseurs

L’Union sociale pour l’habitat se réjouit du report de l’échéance de la deuxième phase des travaux de modernisation des ascenseurs et des dispositions afférentes.

Le Mouvement Hlm, qui a été associé au suivi de l'application des textes relatifs à la modernisation des ascenseurs, est satisfait des annonces faites par Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, vendredi 10 mai concernant le report d’un an de l’échéance du 3 juillet 2013 de la deuxième tranche des travaux, la mise en place d’un moratoire concernant le dispositif de précision d’arrêt de la cabine et la constitution d’un groupe de travail chargé de réexaminer sa pertinence.

L’Union sociale pour l’habitat avait demandé en février dernier le report d’un an de la deuxième tranche des travaux de modernisation des ascenseurs, ainsi que la réalisation d’un état des lieux de l’avancement des travaux en cours.

En effet, l’impossibilité matérielle des ascensoristes de répondre à toutes les demandes dans le délai imparti, et les montants élevés des travaux à engager (de l'ordre de 15 000 à 22 000 euros par ascenseur), faisaient craindre que certaines commandes passées auprès des ascensoristes ne puissent être effectuées d’ici au 3 juillet 2013. En outre, ces travaux réalisés à marche forcée pouvaient également faire peser un risque sur la sécurité des habitants et sur leur qualité de vie au quotidien (plannings de travaux mal gérés et pénalisants pour les locataires, en particulier les personnes âgées et handicapées, pannes répétées après travaux, problèmes de maintenance…).

Comme le prévoit la loi, le Mouvement Hlm souhaitait également que les pouvoirs publics prennent les dispositions nécessaires à la réalisation d’une statistique sur les accidents, avant et après travaux sur les ascenseurs.

Les organismes Hlm, très préoccupés par la sécurité des usagers des ascenseurs, ont toujours veillé à l’entretien et la mise en conformité des appareils, et respecté scrupuleusement la nouvelle réglementation, que la majorité d’entre eux avait d’ailleurs anticipée depuis longtemps.

L’Union sociale pour l’habitat souhaite poursuivre les travaux engagés avec le Ministère et prendre toute sa part au groupe de travail sur le sujet.