Daniel Picouly, «Les Hlm, un progrès extraordinaire»

Dans le cadre de la Semaine nationale des Hlm, l'écrivain livre un touchant témoignage de sa vie en Hlm ainsi que de l'espoir et des liens fraternels dont ils ont pour lui été le symbole. Aujourd'hui encore, les Hlm sont pour lui un investissement nécessaire au bénéfice de la nation tout entière.

Daniel Picouly © Alain Beauvais

Vous avez passé votre jeunesse en Hlm, quel souvenir en gardez-vous?

Pour moi c’est simple, j’ai passé toute mon enfance avec la crainte d’être expulsé. Je me rappelle de cette espèce d’angoisse qu’on peut avoir quand on est gosse, parce que le printemps c’est le temps des expulsions, jusqu’au jour où on ne le sera plus parce qu’on a obtenu un Hlm. C’est mon histoire, l’histoire de la famille nombreuse dans laquelle j’ai vécu. J’ai connu toute une adolescence, et une jeunesse heureuse dans ces Hlm. On est tous arrivés à quelques semaines d’écarts, puisque c’était des logements neufs, et cela a constitué une véritable communauté. Pendant de très longues années, j’avais l’impression de vivre dans une espèce de grande famille, de grande tribu, dans mon Hlm et particulièrement dans mon escalier.

Le Hlm représentait une avancée en terme de confort ?

Le Hlm est arrivé pour nous comme une sorte de miracle, un progrès extraordinaire. Le chauffage central, le sol en plastique, le vide ordure… C’était un rêve… J’avais 12 ans quand je suis arrivé en Hlm, et lorsque je voyais le vide-ordure, je me disais que je n’aurais plus à me lever le matin avant que la benne des éboueurs ne passe. Le chauffage central ça voulait dire qu’on n’aurait plus besoin d’aller chercher le charbon dehors, car quand on a 12 ans et qu’il fait noir, on voit des martiens partout !

Les Hlm ont-ils été source d’inspiration dans votre oeuvre ?

Evidemment, car je suis arrivé en Hlm à l’âge de douze ans et je n’en suis reparti qu’à près de trente ans. J’ai écrit deux ouvrages qui se passent à Orly, dont un qui s’appelle « Le Cœur à la craie », dans lequel je raconte ma vie et celle de la cité à cette époque-là.

Les Hlm sont-ils trop souvent victimes de préjugés ?

Les clichés qui circulent sont simples. On associe les Hlm aux cités, les cités aux banlieues, et les banlieues à tous les problèmes qui y sont attachés et je trouve un peu dommage que l’on impute aux Hlm un certain nombre de responsabilités dans le délitement du tissu social actuel, qui n’est en fait qu’une conséquence de choses plus graves, que sont la situation économique et le chômage.

Si vous deviez résumer les Hlm en quelques valeurs clés, quelles seraient elles ?

Il se crée une communauté, une identité collective quand on vit dans une cité Hlm. On appartient à une cité, on va à l’école, du primaire au lycée, en vivant tous ensemble. Aujourd’hui, le Hlm est de plus en plus systématiquement construit dans la ville, dans la continuité architecturale des autres immeubles, de manière plus discrète (…) sans qu’on puisse identifier ni stigmatiser les habitants qui entrent et sortent de l’immeuble. C’est pour moi la garantie d’une réelle mixité.

Dans le contexte actuel de crise du logement, faut-il plus de Hlm ?

Il est certain qu’il manque des Hlm. Il faudrait construire plus de logements sociaux, et cela doit une être une priorité nationale. Ce qui est un scandale pour moi c’est qu’on ne respecte pas la législation sur le pourcentage de logements sociaux dans les municipalités, et que l’on donne des amendes plus importantes. C’est grave une société où un élu peut décider de ne pas accueillir l’autre, de refuser le vivre ensemble.

 

Daniel Picouly est un écrivain français né à Villemomble, en 1948. Il est le onzième d’une famille de treize enfants. Ecrivain à succès, il obtiendra plusieurs récompenses dont le prix Renaudot, avec « l’Enfant léopard » en 2000. Il a également animé plusieurs émissions littéraires et culturelles comme « Café Picouly » ou  « Le Monde vu par… » sur France Télévisions. En 2012, il fait ses premiers pas au théâtre avec « La faute d'orthographe est ma langue maternelle », récit autobiographique qu’il a écrit et qu’il joue sur scène.

 

Retrouvez les interview d'Arianne Ascardide, Isabelle Autissier et toute l'actualité de la Première Semaine nationale des Hlm en un seul clic !