L’humour face aux préjugés sur les Hlm

Le concours de courts-métrages organisé par l'Union sociale pour l'habitat dans le cadre de la Première Semaine nationale des Hlm a récompensé un film ou l’humour l’emporte face aux préjugés sur les Hlm

Le 11 juin, c’est l’humour décalé et la représentation burlesque du vivre ensemble des jeunes réalisatrices Anne-Claire Jaulin et Sophie Galibert qui leur ont valu le premier prix du concours de courts-métrages « Hlm sur cour(t) », organisé par l’Union sociale pour l’habitat, en point d’orgue de la première Semaine nationale des Hlm. Leur film, Les Préjugés anonymes, met en scène la thérapie loufoque d’un jeune homme qui tente de dépasser sa névrose des Hlm. Une claque aux idées reçues !

Ouvert aux jeunes réalisateurs de 18 à 30 ans, ce concours inédit propose un espace d’expression et de création originale pour que s’exprime une autre représentation du vivre ensemble en Hlm. Un défi relevé haut la main par les réalisateurs en herbe récompensés, dont l’engagement dans ce projet a ravi un jury présidé par Abdellatif Kechiche.

Projetées en exclusivité au Grand Auditorium de la Bibliothèque nationale de France, ces 4 créations originales aux tonalités très différentes ont reçu un accueil enthousiaste de la part d’un public de plus de 300 personnes, issues du Mouvement Hlm, de l’audiovisuel, des élus et des locataires Hlm.

Le jury, composé de représentants du monde académique, de journalistes, de professionnels de l’audiovisuel et du cinéma et de représentants de l’Union sociale pour l’habitat, ainsi que les partenaires du concours La Poste et La Banque Postale, ont également récompensé :

  • Deuxième prix : King Pierre Ngulungu pour Derrière la porte, une touchante rencontre intergénérationnelle entre deux voisins en immeuble Hlm.
  • Troisième prix : Maïmouna Doucouré pour Cache-cache, une partie de jeu entre enfants dans la cours d’un immeuble Hlm qui se fait cour de récréation.
  • Quatrième prix : Soufiane Adel pour Go Forth, un émouvant récit familial qui relie et fait dialoguer la Grande Histoire et celle plus intime, mais non moins forte, de sa grand-mère kabyle.

Lauréates du Premier prix, les deux réalisatrices des Préjugés anonymes ont réagi : « Ce concours nous a fait prendre conscience de tout ce que nous ignorions nous-mêmes sur les Hlm. C’est cela que nous souhaitons partager avec le public à travers notre film. Ce prix nous renforce dans notre conviction que l’art est un moyen efficace de transmettre des valeurs et des convictions... même par l’humour et l’absurde ! »

Si le jury a été surpris et séduit par le traitement humoristique et la qualité de la réalisation des Préjugés anonymes, c’est aussi et surtout la restitution originale des valeurs du vivre ensemble, thème du concours, qui les a convaincus : « Le parti-pris osé des jeunes réalisatrices, qui ont parié sur l’humour burlesque, nous a tous interpellés, précise Jean-Louis Dumont, président de l’Union sociale pour l’habitat. Cette récompense illustre tout à fait l’esprit de la Semaine nationale des Hlm : parler autrement du logement social, offrir une tribune à de nouvelles voix, de nouveaux regards. Au final, nous sommes très fiers de tous les participants au concours dont l’engagement nous a beaucoup touchés. Et nous donnons à tous rendez-vous pour la deuxième Semaine nationale des Hlm ! ».

Retrouvez toutes les informations sur la Semaine nationale des Hlm : www.semainehlm.fr

 

Ce concours a été rendu possible grâce au soutien de La Poste, La Banque Postale, Qualitel, GrDF et Dalkia.