17.09.2014

L’Union dénonce l’instrumentalisation de certains aspects du rapport de la Miilos

L’Union sociale pour l’habitat juge inacceptable la mise en cause des organismes Hlm par certains médias, qui se fondent sur l’interprétation du rapport public d’activité 2013 de la Miilos, et dénonce l’interprétation tendancieuse de certains de ses aspects à quelques jours de son Congrès annuel.

L’Union sociale pour l’habitat trouve légitime qu’en contre-partie de leur mission d’intérêt général les organismes de logement social fassent l’objet de contrôles publics détaillés, mais rappelle qu’il faut prendre garde à la mise en exergue de cas particuliers, voire anecdotiques, qui ont souvent trouvé leur résolution.

Plus globalement, ce rapport, dans son préambule, en même temps qu’il relève plusieurs points appelant à la vigilance des organismes, indique explicitement que « la situation financière [des organismes Hlm] est globalement bonne, la rentabilité correcte, et [que] le niveau d’endettement fléchit nettement. Le risque lié à la détention de produits structurés est devenu marginal ».

Par ailleurs, s’agissant de la stratégie patrimoniale des organismes Hlm, le rapport indique que « comme en 2012, ils [les organismes] restent très investis dans les missions de réhabilitation de leur patrimoine et sont généralement dotés de services très professionnels de maîtrise d’ouvrage ».

Il convient donc de rappeler la bonne appréciation générale du secteur établie dans ce rapport, précisément à l’inverse de la campagne médiatique en cours.

Il est à noter que l’association CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) qui commente ce rapport de la Miilos, souligne, avant d’évoquer « les points critiques qui appellent à des mesures correctives », que les rapports qu’elle met en ligne sur son site Internet « mettent en avant de nombreux points positifs, allant de l’amélioration du patrimoine et du confort, à l’engagement pour la rénovation thermique ou pour une meilleure attribution des logements. »