L’Agenda, une base solide d’évolution et d’adaptation du Mouvement Hlm à la société

Jean-Louis Dumont, président de l'Union sociale pour l'habitat, revient sur l’ambition de l'Agenda Hlm 2015-2018, signé entre le Mouvement Hlm et l’État au Congrès de Lyon, et sur ses traductions concrètes. Extrait de l'interview donnée dans le numéro 1002 d'Actualités habitat.

Signature de l'Agenda Hlm 2015-2018 lors du Congrès de Lyon 2014 © JF. Bernard-Sugy/USH

Pourquoi la signature de cet Agenda Hlm 2015-2018 ?

Un premier pas avait été fait en juillet 2013 avec la signature du Pacte d’objectifs et de moyens. Je rappelle le contexte d’alors : le risque avéré d’une hausse massive du taux de TVA pour notre secteur et un prélèvement arbitraire sur nos fonds propres. C’est en négociant avec l’État, pied à pied, que nous avons repositionné le débat : on ne peut pas promettre la construction de 500 000 logements par an, dont 150 000 logements sociaux, et entraver l’activité des principaux producteurs de logements. La raison a fini par prévaloir. En contrepartie de l’abandon de ce projet d’augmentation du taux de TVA, nous avons acté la mise en place d’une première mutualisation-activation partielle des fonds propres, la "mutualisation Pacte". Elle est aujourd’hui effective, dans le respect des principes qui ont présidé à sa conception : ces sommes vont à la production de logements sociaux, il s’agit d’un flux et non pas d’un fonds, et nous avons choisi comme partenaire la Caisse des Dépôts. Vous lirez, entre les lignes, tout ce que nous n’avons pas voulu qu’elle soit... L’accord signé en juillet 2013, sur trois ans, n’est pas un aboutissement. Notre société évolue vite, souffre trop souvent, exprime des besoins. Nous sommes un acteur du pacte social et notre devoir est d’être une force de propositions pour adapter notre modèle au contexte économique et social de la France de 2015, et sans rien perdre de notre ADN. C’est le chemin que j’ai choisi de prendre : proposer, innover et mettre concrètement en œuvre  nos décisions.

C’est la raison pour laquelle nous sommes, aujourd’hui, une force de propositions reconnue et respectée. C’est aussi la meilleure façon de participer à la prise de décision des pouvoirs publics plutôt que de la subir. Nous avons des arguments de poids. Tout d’abord la nécessité de poursuivre notre effort de production, et les agréments 2013 et 2014 sont, pour nous, la meilleure démonstration qui soit : nous sommes en mesure de hausser le niveau de production. Nous avons une responsabilité vis-à-vis des locataires et des demandeurs.

Nous avons également une responsabilité économique, en tant que premier donneur d’ordre du secteur de la construction de logement. En disant cela, je ne pense pas uniquement aux grands groupes, je pense aussi et surtout aux milliers de petites et moyennes entreprises qui travaillent avec nous.

L’Agenda Hlm 2015-2018 et le Pacte d’objectifs et de moyens prennent en compte l’ensemble de ces dimensions. Ils constituent une base solide d’évolution et d’adaptation du Mouvement Hlm à la société française et à ses attentes. Six axes ont été identifiés : l’amélioration des conditions d’habitat et l’appui aux organismes, l’amélioration de la qualité de service et une attention plus grande encore portée aux ménages les plus en difficulté, l’évolution des conditions de gestion la demande de logements sociaux, la transition énergétique, le traitement des situations anormales et plus largement, les conditions d’une plus grande mobilité.

 

Cet extrait d'interview est issu du n°1002 d’Actualités habitat.

Vous pouvez en consulter le sommaire sur le Centre de ressources et vous abonner.

L'intégralité de l'interview est disponible en pièce jointe.