Quartiers 30.04.2015

Signature d'un accord cadre pour la qualité de vie urbaine dans les quartiers

Le Mouvement Hlm, le Gouvernement et les associations d’élus ont signé mercredi 29 avril 2015 un accord cadre pour la qualité de vie urbaine dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville

Depuis 2001, les organismes Hlm bénéficient d’un abattement de 30% sur la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) pour les immeubles situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, afin de permettre le renforcement des actions concrètes au bénéfice des habitants, en particulier l’amélioration de l’entretien et de la sécurisation des accès. Ce dispositif a fait ses preuves et, pour un abattement estimé à 150 millions d’euros en 2013, les organismes Hlm ont réalisé un programme d’action équivalent à 350 millions d’euros.

Alors qu’une nouvelle période de la politique de la ville s’ouvre, le Mouvement Hlm et l’État, avec les associations d’élus, ont décidé de définir un cadre de travail en s’appuyant sur l’expérience collectivement accumulée pour rendre ce dispositif plus adapté aux réalités du terrain.

Concrètement le nouveau dispositif s’inscrit dans les projets de gestion urbaine de proximité élaborés avec les collectivités locales à partir d’un diagnostic partagé avec les acteurs locaux, bailleurs, associations de locataires, collectivités et État local. Les actions les plus adaptées au terrain seront déterminées parmi une trentaine d’actions identifiées dont, par exemple : le développement d’agents de médiation sociale, l’enlèvement des tags et des graffitis, les travaux de sécurisation (gestion des caves, digicodes, Vigik…), les chantiers jeunes, la mise à disposition de locaux associatifs, des services spécifiques aux locataires comme le portage de courses en cas de pannes d’ascenseurs…

Jean-Louis Dumont, président de l’Union sociale pour l’habitat, lors de la signature de l’accord a déclaré : « Ce nouveau cadre est une opportunité pour travailler autrement ensemble, sur le terrain ; pour continuer d’accompagner dans les quartiers les habitants pendant et après les opérations de renouvellement urbain. C’est un levier d’action humain essentiel pour le bien vivre ensemble. »