Habitat performant et maîtrise de la demande en énergie

Habitat performant et maîtrise de la demande en énergie : quels impacts sur les métiers ? Quelles actions partagées entre habitants et organismes ? Compte-rendu de l'atelier du mercredi 23 septembre 2015, au congrès de Montpellier.

Intervenaient Jean-Philippe Boachon, chef de projets Direction Développement Durable chez Expansiel Groupe Valophis, Catherine Maudet Lansiart, chef de projet RSE àl'Opievoy, Emmanuelle Bonetti, consultante chez HTC.

La mise en place de bâtiments BBC a entraîné de nouvelles approches, notamment en termes de conception avec une obligation de résultat, de réalisation (tests), d’exploitation-maintenance. Au niveau des organismes, comment s’est traduite cette montée en compétences ? Comment les métiers ont-ils été impactés par ces nouveaux changements ? Quelles actions ont été engagées par les organismes, tant vis-à-vis de leur personnel que de leurs habitants ? Cela a-t-il eu un impact au niveau du management des organismes ?

La coordination pour une meilleure performance énergétique
Cette performance énergétique, alliée à une obligation de résultat, est apparue à la maîtrise d’ouvrage comme une dimension supplémentaire de l’acte de construire, aux côtés des dimensions architecturales, financières ou techniques. Avec une vision d’innovation et d’expérimentation continuelle, l’Opievoy et Expansiel Groupe Valophis ont accompagné les livraisons et travaillé à une meilleure coordination entre la maîtrise d’ouvrage et les équipes de proximité en les positionnant en tant qu’acteurs du processus devant permettre la maîtrise des consommations énergétiques.

Dans le contexte de ces opérations, les équipes de maintenance ne notent pas nécessairement de complexité technique plus grande des équipements, mais constatent qu’il s’agit souvent d’un assemblage de systèmes mis les uns à côté des autres, avec un fonctionnement qui n’est pas forcément cohérent et des défaillances de mise en œuvre. Les techniciens ne sont pas nécessairement formés aux nouveaux équipements et ils ont fait leur apprentissage sur le terrain, ce qui leur a pris beaucoup de temps, au détriment du patrimoine existant. Il va donc falloir retrouver un équilibre entre le parc neuf et l’existant.

L’accompagnement au changement
Opievoy et Valophis sont deux bailleurs sociaux publics d’Île-de-France et sont précurseurs de l’accompagnement au changement dans les OPH pour des livraisons neuves, thermiquement très performantes. Avec la construction d’une opération de logements Bepos, de nouvelles exigences sont apparues : des contraintes de maintenance et de mode d’habiter. La nomination d’un responsable de l’accompagnement au changement dans la démarche RSE a permis de travailler sur les points les plus importants : information du personnel et des locataires sur le fonctionnement du logement passif, coaching téléphonique des locataires pour un meilleur usage. Le besoin de formation concerne plus la capacité à appréhender la problématique de manière transversale que la maîtrise technique des équipements.

Un apprentissage collectif
Selon l’étude réalisée, la dépendance énergétique est très dépendante de la manière dont le locataire vit dans son logement. La consommation peut varier, à famille et logement identiques, selon un facteur de 2.5. Il peut être complexe, pour le gardien, de transmettre ce qui permet de bien habiter un logement, à l’occasion de la rotation de locataires qui n’ont pas bénéficié du coaching initial. Cela montre que derrière l’habitat performant énergétiquement, il y a surtout un enjeu d’apprentissage collectif. Les retours d’expérience des usages vers la conception jouent un rôle clé et peuvent amener les bailleurs à prendre des arrêtés des principes techniques affirmés. Une coopération des équipes de maintenance plus forte avec les équipes de conception est nécessaire, ainsi qu’une articulation entre les équipes de maintenance et celles de proximité pour anticiper des dysfonctionnements possibles. Ce lien et cette coopération seront produits par le management inter-métiers. Il s’agit vraiment d’un rôle d’apprentissage collectif et transversal, entre directions.