16.06.2016

Maryse Prat a été élue présidente de la Caisse de garantie du logement locatif social

Maryse Prat : « Transparence, confiance, professionnalisme et efficacité seront les maîtres-mots de mon mandat à la CGLLS »

Le 15 juin 2016, Maryse Prat, directrice de la société Hlm La Cité Jardins, a été élue, à l'unanimité du Conseil d'administration, présidente de la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS), pour un mandat de 3 ans.
 
C'est à l'unanimité que le Conseil d'administration a élu Maryse Prat à la présidence de la CGLLS. Elle succède à Alain Cacheux, par ailleurs président de la Fédération nationale des Offices Publics de l'Habitat. Dans son discours d'introduction, la nouvelle présidente a rappelé les missions essentielles de la CGLLS : aider les organismes Hlm, les entreprises publiques locales et les organismes de MOI (maîtrise d'ouvrage d'insertion) à faire face à des difficultés passagères ou à des projets d'ampleur tels le PNRU et bientôt le NPNRU et ce sans distinction de famille, de taille ou de localisation géographique ; permettre de soutenir l'activité de production en apportant sa garantie quand les collectivités ne peuvent pas ou ne veulent pas le faire ; accompagner l'évolution des organisations de nos organismes, de leur coopération sur les territoires ; soutenir l'innovation technique et socia le.
 
Les autres administrateurs désignés par l'Union sociale pour l'habitat sont Denis Rambaud, président de la Fédération nationale des Associations régionales (FNAR), et Frédéric Paul, délégué général de l'Union sociale pour l'habitat.
 
Maryse Prat a tenu à saluer le travail de son prédécesseur, ainsi que des administrateurs représentant l'Union sociale pour l'habitat, et a résolument inscrit son mandat dans la continuité de ces actions pour poursuivre la modernisation des procédures : « Leur mandat a permis une meilleure compréhension des mécanismes en jeu à la CGLLS par ceux qui contribuent à son fonctionnement via leurs cotisations. À l'heure où la pression financière s'intensifie sur les organismes adhérents des fédérations et de l'Union sociale pour l'habitat, je souhaite que l'argent de la CGLLS serve efficacement le logement social. La CGLLS ne peut continuer à apparaître indéfiniment comme un outil de ponction des fonds propres des organismes sans que nous n'ayons réellement notre mot à dire. Je veux que la voix des organismes soit entendue et prise en compte.»