L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Action Logement mobilise 9 MD€ supplémentaires AH

Lire l'article

En pleine crise des "gilets jaunes", le plan d’investissement "volontaire" de 9 Md€ dévoilé par Action Logement se veut une réponse forte aux questions concrètes de pouvoir d’achat, d’accès au logement et à la mobilité, tout particulièrement des salariés aux revenus modestes. Il s’ajoute aux 15 Md€ déjà engagés dans le cadre de la convention quinquennale signée avec l’État. Pour le financer, Action Logement entend "activer ses ressources en mobilisant davantage ses réserves et en ayant recours à un endettement maîtrisé et soutenable".

Ce plan s’articule autour de sept axes :

  • améliorer la performance énergétique des logements (1 Md€), en octroyant des subventions plafonnées à 20 000 € aux salariés, propriétaires occupants aux revenus modestes, ayant recours à des entreprises labellisées RGE (reconnu garant de l’environnement), ou des prêts à taux bonifiés aux propriétaires bailleurs;
  • favoriser la mobilité, avec pour objectif de rapprocher les salariés, sous plafonds de ressources, de leur lieu de travail (350 M€), via des aides au déménagement de 1 000 euros et la création d’espaces de coworking;
  • aménager un habitat plus inclusif (2 Md€), en finançant les aides à l’adaptation du logement des retraités à revenus modestes dans la limite de 5 000 euros par logement et par ménage; en facilitant le logement des aidants et en rénovant les établissements médico-sociaux;
  • transformer les bureaux vacants en logements (1,5 Md€);
  • améliorer l’habitat en Outre-mer (1,5 Md€), aussi bien en locatif qu’en accession;
  • produire plus et moins cher (2 Md€), en adaptant les ressources de ses filiales, en dégageant des fonds propres, mais aussi en finançant les organismes fonciers solidaires;
  • agir contre la dégradation de l’habitat ancien (1 Md€), en acquérant des copropriétés dégradées ou des lots pour procéder aux travaux de remise en état ou des logements anciens en centre-ville pour les réhabiliter et les louer, mais aussi en subventionnant la démolition de logements sociaux obsolètes et vacants en zone détendues.

"Le détail des mesures et leur déclinaison opérationnelle seront présentés avant la fin du premier trimestre", a précisé Julien Denormandie. Pour le président de la FFB, Jacques Chanut, "ce plan arrive au bon moment, alors que les marchés du logement décrochent sous les coups de boutoir des mesures prises par la loi de Finances pour 2018. Compte tenu des habituels effets de levier, il devra permettre de financer, dès 2019 et sur trois ans, plus de 20 milliards d’euros de travaux. Reste toutefois la question de l’accession à la propriété des ménages jeunes ou modestes, pour laquelle l’annonce d’une prorogation du PTZ hors grandes agglomérations est impérative".