L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

“Construire à Lyon, c'est désormais renaturer”, interview de Grégory Doucet, maire de Lyon AH

Dans cette capitale régionale victime de la spéculation foncière, et alors que la demande de logement social ne cesse d’augmenter, le maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, joue sur plusieurs fronts pour produire de l’habitat abordable, dans une ville qu’il souhaite “à taille plus humaine, plus végétalisée, plus apaisée”.

Lire l'article

Quel est le degré de tension de la demande Hlm à Lyon et comment y répondez-vous ?

Pendant plus de 15 ans, les prix se sont envolés et la spéculation immobilière s’est exacerbée. Il devient de plus en plus difficile pour beaucoup de Lyonnaises et de Lyonnais de se loger. Le nombre de demandeurs de logement social a doublé en moins de 10 ans, nous avons 30000 demandes en attente, il y a 10 demandeurs pour une offre et le délai d’attente est en moyenne de 2 ans et demi.

Face à cette situation, nous mettons tout en œuvre pour résorber, dans le mandat, 100% de notre déficit de logement social au titre de la loi SRU. En parallèle, nous actionnons tous les leviers au service de la production de logement social et abordable, en lien avec la Métropole de Lyon. Après une chute du nombre de permis de construire en 2018 et en 2019, la Ville de Lyon a redressé la barre en 2020 et en 2021 en autorisant la construction de près de 2900 logements par an. En 2021, la Ville a agréé la réalisation de 1432 logements sociaux, soit une large partie des 3100 logements agréés au sein de la métropole.

Nous nous engageons dans l’accession sociale et conduisons une politique volontariste de lutte contre la spéculation, avec le développement du BRS avec la Foncière solidaire du Grand Lyon. 370 logements sont déjà programmés dans notre ville et 99 en cours de commercialisation. Nous avons renforcé la création de logement et de logement social dans les opérations d’aménagement. Par ailleurs, nous agissons sur le Logement d’abord en utilisant notre patrimoine : depuis 2020, 161 places d’hébergement d’urgence ont déjà été créées dans le patrimoine vacant municipal.

Quelle est votre vision de la “ville de demain” ?

Ma politique du logement s’affirme sur deux points : d’une part, le logement doit être un cocon, un lieu où l’on se sent bien, où l’on peut se projeter, se construire, s’épanouir. Le confort thermique, d’été et d’hiver, est un impératif. D’autre part, si le logement est un cocon, la ville doit en être son prolongement pour continuer à être désirable. Répondre aux attentes des Lyonnaises et des Lyonnais pour une ville à taille plus humaine, plus végétalisée, plus apaisée est au cœur de notre engagement.

Habiter la ville, ce n’est pas seulement se loger, c’est aussi avoir accès à des équipements et des services à proximité, des espaces publics et des espaces de nature. Garantir la viabilité de notre ville est une priorité ; à l’heure du réchauffement climatique, nous devons impérativement rafraîchir nos espaces. Pour cela, nous végétalisons partout où c’est possible, d’abord en densifiant le végétal dans nos parcs et jardins, mais aussi et surtout, en renaturant l’espace public aux côtés de la Métropole de Lyon : dans la rue, sur nos places, dans les cours d’écoles et de crèches, mais aussi à leurs abords avec des rues de plus en plus végétalisées, et un budget de 150 millions d’euros pour la Ville. Les équipements, au service des habitants, sont une priorité également. Dans le mandat, nous rénovons et créons de nouveaux groupes scolaires : 4 nouvelles écoles ouvriront en 2023 ainsi que 550 places en crèches.

Toutes ces actions nous ont permis d’être retenus par l’Union européenne parmi les 100 villes climatiquement neutres et intelligentes à horizon 2030.

Comment fonctionne “l’atelier préalable”, cet outil de tradition lyonnaise créé pour accompagner les maîtres d’ouvrage ?

L’atelier préalable de la Ville de Lyon accompagne depuis 20 ans les promoteurs, les bailleurs, les architectes et les paysagistes, en amont du dépôt des permis de construire : ce dialogue fructueux fiabilise les projets et améliore leur qualité. Il y a un an, Lyon s’est fixé un nouveau cap pour faire de la charte existante un outil qui accompagne les maîtres d’ouvrage sur le volet environnemental, “pour que chaque bâtiment participe à la transition écologique”.

La Ville a ainsi affirmé la préservation des espaces de pleine terre et des arbres existants sur chaque parcelle. Construire à Lyon, c’est désormais renaturer : l’objectif ZAN est atteint pour les permis de construire qui sont signés, sans impact sur le niveau de construction.

Lyon est aussi engagée pour construire la ville bas-carbone et a renforcé ses compétences avec l’appui d’une experte environnement au sein de l’atelier préalable, pour accompagner et conseiller les porteurs de projets vers des solutions qui peuvent se diffuser dans toute la ville, pour les petits comme les grands projets.

Tout cela nous permettra de construire ensemble, avec tous les acteurs de la profession, une ville plus sobre et plus durable, plus agréable aussi. L’enjeu est immense, nous avons besoin de tous pour le relever.