L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Désamiantage des logements: 21 milliards d'euros supplémentaires pour les bailleurs Hlm

Le 15 novembre 2013, l'AFP annonce : sept logements Hlm sur dix contiennent de l'amiante. Si cela n'est pas nécessairement problématique pour la santé des locataires, cette situation est une bombe à retardement financière pour les bailleurs sociaux, contraints de mettre leurs bâtiments aux normes.

Lire l'article

21 milliards d'euros : c'est le coût estimé du désamiantage des logements sociaux. L'AFP revient ce jour sur la réforme de la réglementation concernant ce matériau hautement cancérigène. Son entrée en vigueur progressive d'ici le 1er juillet 2015 a fait bondir le coût d'assainissement des bâtiments concernés. Elle divise par dix le seuil d'exposition autorisée pour les ouvriers et impose aux entreprises des obligations de formation et de protection renforcée (calfeutrage des chantiers, port de masques et vêtements de protection...) lors de travaux susceptibles de libérer des fibres d'amiante.

"Ce qu'on découvre, même si c'était connu, c'est qu'à une certaine époque on en a mis vraiment partout. Plus on en cherche, plus on en trouve", souligne Gilles Gal, directeur général du bailleur social Eure Habitat.

Dans le parc Hlm, l'amiante au sein des matériaux de construction serait présente dans "tous les logements construits avant 1997" (date de son interdiction), précise Christophe Boucaux, directeur de la Maîtrise d'ouvrage et des Politiques patrimoniales à l'Union sociale pour l'habitat. "Tous les organismes Hlm aujourd'hui sont mobilisés sur cette question, parce que les enjeux sont colossaux", souligne-t-il.

Or les laboratoires réalisant les diagnostics d'amiante, peu nombreux, sont souvent débordés. "Là où ils devraient livrer leurs analyses en deux semaines, ils mettent trois mois", rapporte M. Gal.

Ces derniers mois, pour les bailleurs sociaux, la découverte d'amiante a entraîné l'abandon d'une opération de travaux sur quatre, en raison des surcoûts induits et de la nécessité de reloger les habitants temporairement, selon une étude de l'Union sociale pour l'habitat, menée de décembre 2012 à février 2013. L'enquête révèle que le coût des travaux de désamiantage a bondi en moyenne de plus de 50% depuis la nouvelle réglementation de mai 2012. Il varie de 500 euros à 15 000 euros par logement, en fonction de la nature des matériaux amiantés et de la technique employée.

Il s'agit là en tout cas d'une véritable bombe à retardement financière, à l'heure où les organismes Hlm se sont vu fixer l'objectif de construire 150 000 logements par an, et d'en réhabiliter 100 000 autres. D'autant qu'en l'absence d'aide financière, les bailleurs sociaux financent les surcoûts liés à l'amiante sur leurs fonds propres, ce qui ampute d'autant leur budget de construction et réhabilitation.

"Nous estimons que cela réduira notre activité de 30%", dit M. Gal.