L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Deux thèses qui “parlent” aux acteurs du logement social AH

Outre le grand prix, le jury du prix USH-CDC de thèse sur l’habitat social a attribué un prix spécial à deux candidats. L’un pour son travail sur le rôle du secteur associatif dans le domaine du logement et de l’accompagnement social, l’autre pour une étude très complète et sans parti pris sur la VEFA-Hlm et ses effets.

Lire l'article

S’il n’y a qu’un seul lauréat du prix USH/CDC de thèse sur l’habitat social(1), “beaucoup des thèses présentées étaient d’excellente qualité”, remarque Marie-Christine Jaillet, directrice de recherche au CNRS et membre du jury. C’est le cas des deux Prix spéciaux attribués à Anne-Laure Hincker Jourdheuil et à Pierre Waechter. La thèse d’Anne-Laure Hincker Jourdheuil, intitulée Une architecture de promoteur pour le logement social : la VEFA-Hlm, évoque un sujet controversé.

La VEFA sans parti pris

'

© ALJ

“Son intelligence est de ne pas prendre parti et de présenter les arguments qui justifient l’intérêt de la VEFA pour la production de logements sociaux comme les problèmes qu’elle pose”, explique Marie-Christine Jaillet. Ce travail scientifique décrypte les relations entre les acteurs de la construction, élus locaux compris, les effets sur la qualité des logements et la mixité sociale ainsi que les enjeux pour les organismes Hlm tels que le risque d’affaiblissement de leur compétence en matière de maîtrise d’ouvrage. Les conséquences de la VEFA - pour les opérateurs du logement Hlm ainsi que pour toute la chaîne de production et de gestion - y sont exposées avec rigueur et précision de même que les adaptations qu’elles impliquent de la part des acteurs. Aux yeux de Pierre Laurent, directeur du développement à la direction des Prêts de la Banque des Territoires et vice-président du jury, il s’agit là “d’un travail de référence qui, en tant que financeur, nous intéresse au plus haut point y compris en tant qu’élément d’aide à la décision”. Pour Sylvie François, présidente du Groupe Poste Habitat et présidente du jury “c’est un ouvrage à garder dans sa bibliothèque parce qu’on y trouve tout sur la VEFA.” Par ailleurs, souligne-t-elle, “cette thèse aide à prendre conscience que ce mode de production ne retient pas assez l’attention des pouvoirs publics et que les contrôles dont il fait l’objet sont bien moindres que ceux du logement social traditionnel.”

Territorialisation des politiques locales de l’habitat

'

© PW

L’autre Prix spécial a été décerné à Pierre Waechter pour sa thèse Le tiers secteur de l’habitat depuis 1945. L’exemple du Centre d’Amélioration du Logement de la Drôme (CALD) et des opérateurs associatifs drômois de l’habitat spécifique. Ce travail socio-historique et territorialisé permet notamment de comprendre l’émergence des politiques d’amélioration de l’habitat et d’accompagnement social impulsées par les structures mutualistes et associatives, dans un cadre évolutif défini par la puissance publique, ainsi que les liens qu’elles entretiennent avec les organismes Hlm. “Il montre de façon magistrale comment se construisent les politiques du logement au niveau local en fonction de l’histoire, des ressources et des spécificités propres des territoires dans lesquels elles s’appliquent”, résume Marie-Christine Jaillet. La thèse éclaire également l’interaction et les complémentarités entre le logement Hlm et le parc social de fait.

Outre les trois travaux primés, le jury a remarqué cinq autres thèses particulièrement intéressantes. “Toutes apportent aux acteurs de l’habitat matière à réflexion pour orienter ou ajuster leurs actions”, constate la présidente du jury Sylvie François.

(1) Voir Actualités Habitat n° 1152 du 30 septembre 2021.

Contact : Dominique Belargent, USH. Mél. : dominique.belargent@union-habitat.org

Pour en savoir plus : Dossier Prix USH/CDC de la recherche sur l'habitat social

 

“Un millésime exceptionnel”

Sur les 30 thèses candidates de l’édition 2021 du Prix USH-CDC de thèse sur le logement social, huit ont concouru pour décrocher le premier prix. “C’est un millésime exceptionnel avec des travaux de grande qualité qui démontrent non seulement l’intérêt des doctorants pour ce prix, mais également la crédibilité qu’il a acquise au fil du temps”, souligne Pierre Laurent. Marie-Christine Jaillet évoque la grande diversité des disciplines (droit, économie, architecture…) abordées par ces thèses, même si le centre de gravité reste celui des sciences humaines et sociales. Pour sa part, Sylvie François retient que de nombreuses thèses ont éclairé “des aspects souvent mal connus du logement social et de ses à-côtés, des personnes qui y habitent et de ceux qui devraient y habiter”. Elle remarque, en outre, qu’“elles évitent les approches technocratiques et distanciées et ne se complaisent pas non plus dans le misérabilisme. Cet équilibre contribue à les rendre utiles aux acteurs.” Le livret du prix de thèse 2021 est disponible en téléchargement sur le Centre de ressources de l’USH.