L'USH Je recherche une formation Ressources Je recherche un emploi Événements L'annuaire Hlm Espaces collaboratifs Vos interlocuteurs USH Observatoires & enquêtes Accueil Boutique HLM INFO Se loger avec BIENVEO Les Hlm recrutent Métiers et formations Musée Hlm

Actualités

Thème de la publication
Développement social et économique
Numéro

Actualités Habitat n°1183

Paru dans

FÉVRIER 2023

Actualités Habitat n°1183

Date de publication :

28 février 2023

Économie sociale et solidaire : activités en pied d'immeuble, ça marche en partenariat !

Implanter des activités économiques solidaires dans les locaux d’activités du parc social en Île-de-France ne s’improvise pas. Il existe pourtant un sésame efficace : les partenariats, notamment avec les porteurs de projets de l’Insertion par l’activité économique (IAE). Qui connaissent les rouages.

Comment trouver les activités qui contribueront à redonner de la vie au quartier en y créant vraiment de l’économie, de préférence sociale et solidaire ? Si les bailleurs sont conscients de l’enjeu que représente la réoccupation de locaux vacants en pied d’immeuble, ils peinent parfois à imaginer quoi y faire. Et surtout comment s’y prendre. D’autant que ces locaux, quand ils sont conçus pour accueillir les amicales de locataires, ne sont pas toujours adaptés à un nouvel usage. Le 8 février, un webinaire sur ce thème était organisé par l’Aorif, le Graphie (Groupement régional des acteurs franciliens de l’insertion par l’économique), et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS). Avec un leitmotiv : “Faire primer l’utilité sociale plutôt que la rentabilité et le profit”, insistait Steven Marchand, chargé de mission à la FAS IDF.

Céline Di Mercurio, responsable du département politique de la ville, inclusion numérique et innovation sociale à l’USH, soulignait que “développer l’offre de soins, pour la petite enfance notamment, ou les lieux d’échanges type recyclerie ou bricothèque, liés à des activités de sensibilisation ou de formation au réemploi, contribuent à créer de l’animation… et à éloigner les activités illégales”.

Ressourceries ++

L’association Apes accompagne ainsi la mise en œuvre de politiques de développement social et urbain pour les filiales de Seqens. À Gennevilliers, où le bailleur comptait plusieurs locaux vacants en pied d’immeuble, l’Apes a mobilisé La Fabric’A pour créer une ressourcerie couplée à des ateliers. “La ressourcerie était pensée comme le support d’un projet d’insertion, détaille Samia Gasmi, responsable de cette association d’économie sociale et solidaire. “Nous voulions l’installer dans un joli local qui donne envie. Pour financer le réaménagement, nous avons sollicité des fondations. Saint-Gobain et BNP ont répondu présent”. Trois locaux collectifs résidentiels (LCR) de Seqens ainsi qu’un local commercial ont été confiés à La Fabric’A, dans le cadre d’un bail de 3 ans renouvelable, avec un loyer minoré pour le commerce. Depuis, l’ESH a renouvelé l’expérience à Levallois-Perret, avec une autre ressourcerie, complétée d’un tiers-lieu dédié au réemploi.

Aux Olympiades, à Paris 13e, la Régie de quartier Tela 13, lauréate du budget participatif de la Ville, a décroché une enveloppe de 700 000 € pour créer la bricothèque souhaitée par les habitants depuis 2017. Dans ce secteur connu comme le “quartier chinois” de la capitale, une “pagode” plantée au beau milieu de la dalle était à l’abandon. “La RIVP en a fait l’acquisition, grâce à une contribution de 1,5 million d’euros versée par la Ville, pour y aménager la bricothèque au rez-de-chaussée, ainsi que des bureaux et des locaux logistiques pour la Régie de quartier”, rapporte François-Jérôme Le Noël, chef de projets immobiliers RIVP.

Le directeur adjoint de la régie Tela 13, Vincent Freyssingeas, qui compte 70 employés, précise : “Ces nouveaux locaux ont augmenté significativement les charges de la Régie (loyer annuel de 53 500 € HT, charges annuelles estimées à 11 300 € TTC), mais ils nous ont offert une meilleure visibilité. Alors qu’auparavant nous étions dispersés en plusieurs points de la dalle, ce lieu unique facilite notre travail de régie ainsi que nos activités”.

Et surtout que ce soit beau !

Dans le quartier nord de Villeneuve-Saint-Georges (94), “les 25 jardins partagés du secteur peinaient à trouver des plants, se souvient Matthieu Corre, chargé de développement social urbain à Valophis Habitat. Profitant de l’appel à projets de l’Anru Quartiers fertiles (lire AH 1151), le bailleur a aménagé un espace clôturé de 1 000 m2, une serre de 220 m2, un conteneur maritime (pour stocker le matériel) et un système de récupération d’eau pluviale. Aujourd’hui, le chantier d’insertion “Comptoir des plants du Val-de-Marne” mène aussi des ateliers avec les scolaires, en partenariat avec le conseil citoyen. Point de vigilance : trouver un enseignant-accompagnateur technique. Et là aussi un leitmotiv : que ce soit beau !

Tarek Daher, délégué général du mouvement des régies de quartier, insiste : “Les projets doivent être coconstruits. C’est fondamental. Mais nous ne voulons pas quémander ni faire la charité. Il faut absolument monter des projets gagnant-gagnant. Ce type d’opération doit s’inscrire en amont dans la rénovation urbaine ; et créer un modèle économique auquel les bailleurs doivent d’adapter… parfois au moyen d’une mise à disposition gracieuse.”

Mots clés
Thèmes

PARU DANS ACTUALITÉS HABITAT N°1183 DU 28 février 2023

Actualités Habitat n°1183

Retrouvez cet article et beaucoup d’autres en vous abonnant au Magazine Actualités Habitat.

F