L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Housing Europe : crise sanitaire, "une occasion unique" d'investir dans le logement abordable AH

Un an après le début de la pandémie, le rapport annuel d’Housing Europe sur “L’état du logement en Europe 2021”, publié le 26  mars, se penche sur l’impact du Covid-19 sur le logement et ses habitants.

Lire l'article

“Cette pandémie a eu pour effet de renforcer l’importance d’un logement adapté et abordable et a montré que les problèmes persistants qui entourent le prix et la qualité des logements ne sont tout simplement pas supportables”, résume Housing Europe dans son rapport 2021 sur l’état du logement. Les inégalités de conditions de vie et de logement se sont accrues, la crise accentuant le lien entre un logement convenable et la santé physique et mentale. Déjà, en 2019, 17,2% des Européens vivaient dans des logements surpeuplés selon Eurostat. En Angleterre, 31% des adultes ont connu des problèmes de santé physique ou mentale pendant le confinement, liés au manque d’espace dans leur logement ou à son état dégradé.

Dans les 21 pays étudiés, les bailleurs sociaux et fournisseurs de logements publics et coopératifs se sont mobilisés pour soutenir leurs locataires pendant la crise (adaptation du paiement des loyers, soutien pour accéder aux aides sociales, livraisons de nourriture ou de médicaments…). Un élément différenciant, cependant : la perte de revenus locatifs varie d’un pays à l’autre. Si, dans l’ensemble, elle “n’est pas aussi grave que prévu initialement”, l’interruption de certains soutiens publics et la reprise du chômage font craindre “une augmentation des arriérés de loyers” à l’avenir.

Partout, la crise sanitaire conduit à une prise de conscience sur “la conception et la fonctionnalité des espaces communs” : espaces verts, balcons, espaces séparés pour étudier, travailler ou jouer… Bent Madsen, président d’Housing Europe, souligne “la nécessité d’améliorer les logements pour qu’ils remplissent de nouvelles fonctions sans pour autant que le prix devienne un facteur d’exclusion des locataires”. Pourtant, “la croissance des prix des logements continue de dépasser celle des revenus”, souligne Alice Pittini, directrice de recherche de la Fédération européenne, avec une augmentation de plus de 30% du prix moyen des logements en dix ans dans le secteur privé et de près de 15% des loyers.

Autre constat, une nouvelle demande en logements sociaux s'ajoute à des besoins non satisfaits déjà importants : 1,1 million de personnes sont sur la liste d’attente au Royaume-Uni, chiffre qui risque de doubler d'ici un an. Et un locataire sur quatre en Tchéquie en 2020 craignait de devoir quitter son logement dans les 12 prochains mois. En Italie, 24% des ménages du secteur locatif privé ont des arriérés de loyers, contre 10% il y a an.

Alors que l’intensification des efforts de construction et de rénovation semble impérative, Housing Europe relève qu’“il n’y a pas encore de tendance soutenue en matière d'investissement à long terme”. L’espoir viendra peut-être de l’Union européenne, avec la mise en œuvre du Socle européen des droits sociaux et le Pacte vert. “À défaut, le risque serait grand de voir se creuser les fractures sociale, économique et sanitaire qui existent déjà, la ségrégation s’aggraver et la cohésion sociale menacée”, s’inquiète Housing Europe.

Pour en savoir plus : L'Etat du logement en Europe en 2021