L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Interventions des élus locaux AH

Lire l'article

Porter les efforts sur le renouvellement urbain

'

Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille.

"Nous avons engagé de profondes transformations urbaines et remodelé la ville depuis plusieurs années. Nous avons construit des milliers de logements sociaux depuis 1995 parce que c’était nécessaire pour redynamiser l’offre résidentielle et répondre aux besoins d’une grande partie de la population. Dès 2006, nous avons mis en œuvre l’engagement municipal pour le logement, plan opérationnel visant une montée en puissance de la production neuve avec un enjeu de diversification permettant au plus grand nombre d’accéder à la propriété ou de se loger dans un parc locatif social de qualité. Aujourd’hui, il s’agit pour nous de poursuivre la transformation de Marseille en portant nos efforts sur le renouvellement urbain au sens large. C’est le sens de la nouvelle politique municipale pour le logement et l’habitat, que nous avons adoptée en 2017. L’ensemble des interventions des années à venir vise à soutenir les territoires de projets pour accompagner la reconquête d’une attractivité auprès des différents usagers de la ville, habitants, actifs, entreprises, commerces et artisans. La ville de Marseille, qui concentre près de 50% de la population de la métropole, développe une politique de réhabilitation et de rénovation cohérente en lien avec la métropole, qui exerce maintenant le plein droit de la compétence Habitat et Logement et assure le pilotage de l’ambition partagée à l’échelle de ses 92 communes dans le département, à travers le premier programme local de l’habitat métropolitain. Les bailleurs sociaux sont les partenaires privilégiés des collectivités dans le cadre du PLH parce qu’ils sont en lien direct avec les maires, les promoteurs et les habitants, et parce qu’ils sont aussi en première ligne dans les quartiers en difficulté pour y maintenir le lien social. Parallèlement, nous avons fortement travaillé sur le bâti ancien pour le réhabiliter et le rénover car c’est là que se trouvent les potentiels les plus importants pour transformer les quartiers les plus dégradés. (…) Dans tout Marseille, les chantiers vont repartir de l’avant. Ici, nous avons 14 chantiers de l’Anru, 13 dans le secteur nord de Marseille où, après la Libération, il avait fallu construire vite et beaucoup, et un dans le sud de la ville. (…) Nous avons besoin que le gouvernement nous aide en simplifiant encore les procédures d’intervention sur les copropriétés dégradées. Il faut aussi qu’il ramène dans notre secteur le droit et la sécurité, socle essentiel de l’efficacité de toute action publique, en abordant une attitude pragmatique et proche de la réalité des territoires."

 

Trouver de nouveaux modèles de développement

'

Sylvie Carrega, conseillère départementale déléguée au logement, représentant Martine Vassal,
présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

"Malgré un contexte difficile avec le plan de Finances 2018 qui a touché de plein fouet les bailleurs sociaux - et notamment avec la hausse de la TVA de 5,5 à 10% pour les travaux de construction ou de réhabilitation qui va plomber les capacités d’investissement des organismes Hlm - le Conseil départemental poursuit ses actions en faveur du logement social. Habitat 13, qui va fêter ses 100 ans en 2020, le plus gros bailleur du territoire, avec 34 000 logements dans 70 communes, est une preuve de ce dynamisme. Bien que le logement soit une compétence facultative de notre collectivité, les investissements, la production de logements neufs ou les travaux de réhabilitation du parc sur le territoire sont en hausse depuis trois ans et demi, via notamment la garantie aux emprunts souscrits par les bailleurs et les subventions accordées pour accompagner les travaux. Ces subventions, devaient soutenir la réhabilitation de 6 200 logements sociaux, en priorité dans des communes qui n’atteignaient pas les minima de la loi SRU. Un autre objectif consistait à améliorer les performances énergétiques du parc existant ainsi que l’adaptation des logements pour les personnes de bel âge et au handicap. Ces objectifs ont été atteints en seulement un an. L’effort s’est ensuite accru puisque l’enveloppe globale destinée aux organismes Hlm a augmenté de 23%, passant de 11 millions d’euros annuels à 13,5 millions. Entre mai 2015 et septembre 2018, le Département a accompagné le financement de travaux engagés dans près de 13 000 logements pour un montant de 58 millions d’euros. Au-delà de ce soutien financier, des dispositifs inédits ont été mis en place dans les Bouches-du-Rhône. Nous avons ainsi entamé une réflexion en faveur de la protection de l’environnement, de l’accueil des personnes en situation de handicap – une subvention est allouée à l’association Handitoit – et pour la défense des femmes battues via une convention tripartite avec l’association Femmes 13, qui permet la mise à disposition de logements dans le parc de 13 Habitat. Par ailleurs, le Conseil général est favorable au développement du lien intergénérationnel dans les programmes qu’il soutient ; le plus emblématique est la résidence La Calanque (conçue par Jean Nouvel). La collectivité est aussi soucieuse de la qualité de conception de ses projets, et a confié à Rudy Ricciotti, la construction de la résidence Arago, en zone Anru, inaugurée prochainement. La solidarité, c’est l’ADN du Département, mais cette solidarité se heurte à des déséquilibres financiers causés par l’État de façon trop autoritaire et il faudra trouver de nouveaux modèles de développement".

 

La lutte contre le réchauffement climatique est le fil conducteur

'

Caroline Pozmentier, vice-présidente en charge des Relations internationales
de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

"Il y a vingt ans, vous étiez à Marseille. En vingt ans, l’offre a été multipliée par trois sur ce territoire. Mais au-delà des chiffres, c’est bien vers l’avenir que nous devons nous projeter ensemble, dans les parcours de ceux pour qui nous sommes tous engagés : nos citoyens, qui doivent avoir accès au logement social. Depuis la loi NOTRe, la compétence Habitat revient aux métropoles, aux intercommunalités ainsi qu’à l’État. Mais la Région peut toujours être volontariste. Le soutien de la Région s’inscrit dans une démarche territoriale, essentiellement dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire, à travers les contrats régionaux d’équilibre territorial, les CRET. (…) Le climat et la lutte contre le réchauffement climatique sont le fil conducteur du président Renaud Muselier dans ses politiques publiques. Il se mobilise également en faveur d’une neutralité carbone à l’horizon 2050. L’exigence de performance énergétique l’a conduit à agir en faveur de la réhabilitation énergétique des logements. C’est d’ailleurs en ce sens que 38 conventions d’opérations programmées d’amélioration de l’habitat ou de programmes d’intérêt général ont été signées par la Région au bénéfice des propriétaires privés. Je tiens également à rappeler l’engagement de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur dans la mobilisation des fonds européens pour la réhabilitation du parc de logements sociaux. Un appel à projets a été lancé en 2017 qui a rencontré un vif succès. Destiné à soutenir les travaux de réhabilitation atteignant a minima le niveau énergétique BBC Rénovation, il a permis d’intervenir sur 2 368 logements en mobilisant plus de 9 millions d’euros de fonds européens et 3,5 millions de fonds régionaux. (…) Le logement est indispensable à l’intégration dans la société, dans une société dont les défis riment aussi avec les transitions : transition énergétique, transition numérique. Soyons partenaires de projets ambitieux, de projets disruptifs, qui nous donneront la visibilité d’acteurs créatifs, attachés aux valeurs de solidarité, de partage et de justice sociale."