L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Interview Marianne Louis : "Renouer les fils d'une aventure humaine et organisationnelle" AH

Le Congrès Hlm accueillera, durant trois jours, organismes Hlm, élus, professionnels de l'habitat, industriels et média qui s'y retrouveront pour échanger autour de la politique du logement et de l'habitat social. À partir de cette année, le Congrès évolue dans sa forme. Cette évolution va permettre de développer les thèmes et sujets abordés et d'élargir l'audience en multipliant les événements et les publics concernés. Découverte de ces nouveautés avec Marianne Louis, directrice générale de l’USH.

Lire l'article

'

Actualités Habitat - Le Congrès 2021 se tiendra-t-il et sous quel format?

Marianne Louis - Compte tenu de son calendrier, nous sommes très optimistes sur la tenue du Congrès de Bordeaux les 28,29 et 30 septembre. Le gouvernement annonce un taux de vaccination important à l’été, incluant les tranches d’âge plus jeunes. Par ailleurs, à partir du 15 mai, et toujours si l’on en croit le calendrier gouvernemental, nous entamerons une levée des restrictions, et celle-ci devrait raisonnablement inclure progressivement le secteur événementiel et les sites concernés.

Il n’est bien sûr pas exclu que des règles sanitaires particulières nous soient imposées, comme le port du masque obligatoire, des règles de circulation ou d’autres aménagements. Nous nous référerons naturellement au protocole sanitaire qui sera fixé pour les grands salons et événements. Mais je crois que toutes et tous, nous avons appris, depuis 14 mois, à nous accommoder de ces contraintes, même si elles nous pèsent. Et l’enjeu du Congrès est aussi ailleurs que dans son organisation : il s’agit de renouer les fils d’une aventure humaine et organisationnelle dont nous sommes - l’Union sociale pour l’habitat, les Fédérations, les organismes - en quelque sorte les dépositaires. Il fallait remonter à la Seconde Guerre mondiale pour voir une année sans Congrès Hlm. Il est temps de retrouver le plaisir d’être ensemble, entre professionnels, entre militants du logement social.

Comment se dérouleront les deux jours de Congrès digital?

Nous pensons cette nouveauté comme un enrichissement du congrès présentiel, par les contenus supplémentaires qui y seront développés, dans un format différent.  En ajoutant deux jours de “Congrès virtuel” au Congrès physique, nous voulons d’abord signifier que la formule du Congrès doit et sait évoluer avec son temps. Les plus informés sur l’histoire de nos Congrès savent que par le passé, il durait déjà cinq jours, encadrant un week-end. En 2021, et après la crise que nous avons connue, il nous a semblé intéressant de montrer que la crise n’est pas nécessairement synonyme d’attrition ou de baisse des ambitions, mais qu’au contraire, elle nous offre aussi une occasion de nous renouveler. Je ne suis pas certaine que sans cette crise sanitaire, nous aurions pensé à augmenter la durée du Congrès ou à choisir d’en digitaliser certains contenus. Profitons de ce moment si particulier pour faire évoluer nos formats comme nous avons réussi, pour beaucoup d’entre nous, à faire évoluer nos pratiques professionnelles.

Quel est le thème du Congrès 2021 retenu par le Comité exécutif de l’USH?

Vous avez raison de rappeler que le thème du Congrès, s’il est proposé à la présidente par les équipes de l’USH, est ensuite discuté et approuvé par le Comité exécutif de l’USH. C’est donc un choix politique, fait en tenant compte d’un contexte, des enjeux, et qui doit donner un cadre à la fois précis et ambitieux à nos travaux.

Ce thème s’articule en trois chapitres. “Construire”, parce que c’est l’ADN du Mouvement Hlm et que nous sortons d’une année 2020 “calamiteuse” de ce point de vue, pour reprendre les mots d’Emmanuelle Cosse, notre présidente. Or, moins de logements programmés, ce sont moins de familles logées, à terme. C’est aussi un signal adressé à celles et ceux qui considèrent que la production de logements, et notamment sociaux, n’est plus une priorité. À raisonner de cette manière, on prépare une prochaine crise dramatique du logement, et nous voulons être, sur ce thème, des lanceurs d’alerte.

Deuxième chapitre, “Inclure”, parce que dans une société français atomisée, qui fonctionne de plus en plus dans une dynamique d’opposition des uns par rapport aux autres, le Mouvement Hlm tient à rappeler son rôle dans la fluidification de la relation sociale en qualité d’outil de la République. Une République qui permet à chaque personne qui en justifie le besoin, de disposer d’un logement de qualité en dessous des conditions du marché privé.

 

“Penser l’avenir”, c’est aussi penser les grands enjeux auxquels nous sommes collectivement confrontés : la montée de la crise sociale, la lutte contre le changement climatique, le défi de la construction.

 

Enfin, “penser l’avenir”, c’est, à l’approche d’une année électorale, une exigence. Nous avons vu comment, en 2017, la question du logement avait été maltraitée, souvent résumée à des caricatures : son coût, la persistance du mal-logement. Avec la démarche “Pour être utiles ensemble”, en juin dernier, nous avons renoué avec le principe de la co-construction d’un projet, à la fois interne au Mouvement mais aussi avec nos grands partenaires que sont les collectivités locales, le secteur associatif, le tissu économique. Par ailleurs, “penser l’avenir”, c’est aussi penser les grands enjeux auxquels nous sommes collectivement confrontés : la montée de la crise sociale, la lutte contre le changement climatique, le défi de la construction pour ne citer que ces trois grands thèmes.

Comment ce contexte se traduit-il en un programme de Congrès?

Le programme d’un Congrès Hlm, c’est d’abord la mise en visibilité, en un même endroit et dans un calendrier très contraint, de l’ensemble des sujets qui font aujourd’hui le quotidien professionnel, intellectuel, économique, militant d’une ou d’un professionnel du logement social. Je note que nous avons réussi, au cours des dernières années, à augmenter significativement l’affluence et donc l’influence de cet événement, et je souhaite que nous reprenions cette dynamique, malgré les difficultés de la période.

Plus précisément, nous consacrerons des plénières aux grands enjeux de la période. D’abord, l’ambition de parvenir à programmer 250 000 logements sociaux en deux ans, qui nécessite une mobilisation au-delà des seuls organismes, et en premier lieu du gouvernement, de l’administration et des collectivités locales. La transition écologique est un autre thème qui sera abordé en séance plénière, de même que la question du pacte républicain dans les quartiers, ou celle de l’équilibre et des dynamiques territoriales. Nous comptons bien entendu sur la présence de nombreux responsables politiques et gouvernementaux pour donner leur éclairage et leur vision concernant ces sujets, pour en débattre avec les représentants des organismes Hlm et leurs partenaires.

Sur ce point, la question de savoir si le Congrès Hlm pourra permettre la confrontation des programmes des candidats à la prochaine élection présidentielle se pose naturellement, mais il sera dans les faits trop tôt par rapport au calendrier de la campagne, et je ne suis pas certaine que l’ensemble des candidates et des candidats seront connus. Nous aborderons donc ce sujet dans le cadre d’un événement dédié, au printemps 2022. Mais le Congrès de Bordeaux doit nous permettre d’aborder la séquence électorale armés d’un corpus intellectuel et professionnel pleinement partagé, susceptible d’être largement diffusé. Sous l’impulsion d’Emmanuelle Cosse, nous lancerons à l’occasion du Congrès de Bordeaux, une séquence participative, qui permettra à chaque organisme de participer à la co-construction de notre projet collectif. C’est dans ce cadre que le Congrès de Bordeaux s’inscrira dans le calendrier électoral de 2022.

Propos recueillis par la rédaction.