L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

L'effet de levier de la construction de logements sociaux en zone rurale

L'Echo républicain revient sur les bénéfices de la construction de logements sociaux en zone rurale pour le maintien d'un dynamisme local, à travers les témoignages de deux maires du Pays Drouais.

Lire l'article

À Tréon et Chérisy, les élus locaux assument l'implantation de logements sociaux en milieu rural. L'Echo républicain nous livre leurs témoignages.

En 1994, Christian Berthelier, maire de Thréon, avait obtenu de haute lutte que 27 logements sociaux soient construits. 20 ans plus tard, le débat s'est dépassionné : "Avec le recul, je peux comprendre les inquiétudes qui s'étaient exprimées au départ. La réalité c'est que 60% des logements sociaux sont occupés par les enfants de Tréon, conformément à notre projet de départ. Quant à nos commerces, la boulangerie, la pharmacie, le bar-PMU et les huit classes de notre école, je ne sais pas où ils en seraient aujourd'hui".

"N'ayez pas peur", tel est le message que l'élu envoie aux maires des petites communes. Il poursuit : "C'est tout bénéfice pour sauver nos associations, nos écoles, nos petits commerces et nos services publics".  À Chérisy, Michel Lethuillier, maire de la commune, a fait le même pari. Aujourd'hui, Chérisy compte 44 logements sociaux avec les mêmes bénéfices pour le dynamisme local.

1500 logements feraient défaut sur l'agglomération drouaise, selon Christian Berthelier.