L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

La RT 2012, un "saut de performance énergétique considérable" AH

Lire l'article

Le rapport d’évaluation de la RT 2012(1), publié le 10 janvier par le Conseil général de l’environnement et du développement (CGEDD), salue l’avancée dans les domaines techniques et de performance du bâti que cette réglementation a provoquée. Outre "un saut de performance énergétique considérable par rapport à la réglementation thermique précédente", elle a permis le développement de nouvelles générations de solutions techniques telles que les pompes à chaleur, les chauffe-eau thermodynamiques, les chaudières gaz à condensation. À l’inverse, d’autres équipements ont quasiment disparu et l’énergie électrique a été fortement réduite dans les énergies de chauffage en immeuble collectif. Parmi les avantages de la RT 2012, les rapporteurs relèvent un impact positif sur la santé et le confort des occupants, notamment grâce à la réduction des ponts thermiques de l’enveloppe.

Plusieurs points de vigilance sont mis en avant, en particulier "la coordination entre architectes et thermiciens, la bonne utilisation de la méthode de calcul réglementaire de la performance énergétique, la prise en compte de techniques nouvelles dans ce calcul et l’application de la RT 2012 dans le secteur des maisons individuelles diffuses".

Le CGEDD adresse une suite de recommandations à la DHUP, pour mettre à profit ces enseignements dans la future réglementation RE 2020 : simplifier et évaluer la méthode de calcul réglementaire ; réviser ou compléter les critères traduisant les objectifs de résultat et limiter les obligations de moyens ; mieux accompagner l’appropriation de la RT 2012 par les acteurs de la construction et par les utilisateurs. Sur ce dernier point, elle constate un "écart grandissant entre la sophistication de la réglementation et la recherche d’une exigence de plus en plus grande, et la réalité de l’occupation, c’est-à-dire l’utilisation du bâtiment liée à des comportements très divers". Elle estime également "essentiel" de mieux intégrer les sujets relatifs à la santé et au confort, et préconise en ce sens de réviser la réglementation sur la ventilation pour une meilleure qualité de l’air intérieur et d’inclure le confort d’été dans la réglementation.

Au vu des études et de la concertation nécessaires sur ces différents chantiers, la mission recommande vivement "de prendre le temps nécessaire" pour son élaboration. Elle réalisera une seconde évaluation cette année, fondée sur les résultats de l’expérimentation E+C-.

(1) L’analyse, réalisée à partir de nombreux entretiens avec les acteurs concernés, a porté uniquement sur les logements et les bureaux.

Pour en savoir plus : www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr, rubrique "Les derniers rapports".