L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Le Bâtiment décroche AH

Lire l'article

Après deux ans de progression régulière, le marché français du logement neuf, qui marquait déjà le pas depuis le début 2018, continue de baisser. Les tendances récentes confirment l’impact lourd du recentrage du PTZ et du Pinel sur les zones réputées tendues, de la suppression de l’APL Accession et de la mise en place progressive de la réduction de loyer de solidarité, a souligné Jacques Chanut, le 12 septembre, lors de la conférence de presse de rentrée de la FFB. Les ventes dans l’individuel diffus plongent de 13,7% en glissement annuel sur les sept premiers mois de l’année. Dans la promotion immobilière, les ventes au détail abandonnent 0,8% au premier semestre 2018 par rapport au premier semestre 2017 et les mises en ventes reculent de 6%. Sur cette même période, les ventes en bloc (principalement les VEFA Hlm) reculent de 14,2%. La tendance en rythme annuel tourne aux environs de 400000 chantiers en 2018, contre près de 430000 en 2017, soit une chute de 7%. Et le marché de l’amélioration-entretien peine à afficher une véritable dynamique. La tendance globale sur le premier semestre ressort aux environs de 1% l’an, poursuit le président de la FFB, regrettant le flou entretenu par le gouvernement sur son plan de rénovation énergétique.

L’accession sociale à la peine

Ce retournement de marché inquiète les acteurs de l’accession. Dans un communiqué, en date du 14 septembre, le président du réseau Procivis alerte le gouvernement. "Après une loi de Finances 2018 préjudiciable à l’accès au logement des familles modestes, le projet de celle de 2019 doit venir rectifier les erreurs d’appréciation commises. À défaut, il pourrait remettre en cause le choc de l’offre", affirme Yannick Borde, qui appelle au rétablissement de l’APL Accession. Elle "bénéficiait à 450000 ménages, dont 35000 nouvelles familles chaque année et permettait de diminuer de 1,7 à 2 points le taux d’effort des ménages accédants. Son non rétablissement risquerait de maintenir dans le parc locatif, social comme privé, des ménages qui auraient pu avoir un parcours vers l’accession à la propriété, bloquant ainsi, la chaîne du logement".

Le 21 septembre, dans un communiqué de presse, Marie-Noëlle Lienemann, présidente de la Fédération des Coop’Hlm, alerte également le gouvernement et le Parlement sur la situation inquiétante du secteur de la construction. "En ce qui concerne le secteur de l’accession sociale à la propriété, les ventes ont chuté de 20% au deuxième trimestre. Particulièrement présentes sur les zones B2 et C mais aussi sur les territoires en rénovation urbaine, les Coop’Hlm voient ainsi leur capacité à offrir un parcours résidentiel aux ménages à revenus modestes fortement remise en cause."

"Les Coop’HLM demandent au gouvernement et aux parlementaires d’agir dans le cadre de la discussion du projet de loi de Finances pour 2019 qui va s’ouvrir".

"Elles appellent en particulier au prolongement du prêt à taux zéro dans les communes des zones B2 et C après 2019, au risque de voir l’hémorragie des ventes et de constructions s’accélérer. Au-delà, il apparaît indispensable de restaurer le doublement de la quotité des PTZ dans ces secteurs et, a minima, pour les locataires-accédants. Elles se tiennent également à la disposition des pouvoirs publics pour travailler à la mise en place d’un PSLA dans l’ancien".