L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Le Collectif des associations unies s'alarme de l'urgence sociale AH

Lire l'article

"Nous sommes préoccupés de la montée des urgences sociales lors de ce 2e confinement et de la faiblesse des réponses politiques durables en matière de logement", a déclaré Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, le 25 novembre, lors de la conférence de presse du Collectif des associations unies. Le Collectif propose de financer 150 000 logements sociaux par an dont 60 000 PLAI sous plafonds APL, de poursuivre le développement du logement adapté, de revaloriser les APL en annulant les coupes effectuées depuis 2017 et de lancer au plus vite un plan national de lutte contre l’habitat indigne.

Il reconnaît la "forte mobilisation de l’État et des associations pour héberger les personnes à la rue", avec près de 190 000 places d’hébergement en fonctionnement et l’ouverture de 9 000 places dans le cadre du plan hivernal, depuis le 18 octobre. Mais environ 300 000 personnes sont sans domicile, 600 000 vivent dans un logement indigne, 65 000 à l’hôtel et plus de 16 000 en bidonville. Selon le Collectif des morts de la rue, au moins 659 sans abris sont décédés l’an dernier, à 50 ans en moyenne.

Une majorité de sans abri ne contactent plus le numéro d’urgence, le 115, en particulier dans les grandes villes où 80% des demandes d’hébergement ne sont pas satisfaites.

Autres sujets d’inquiétude, la crainte d’une "vague d’expulsions importantes" après la trêve hivernale, l’augmentation de 20 à 40% des demandes de produits d’alimentation et d’hygiène par de nouveaux publics (jeunes, familles monoparentales, travailleurs précaires), la hausse de 7 à 20% du RSA selon les départements...

'