L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Le Compte du logement 2018 AH

Le Commissariat général au développement durable a publié, en septembre 2019, son rapport sur le Compte du logement 2018. Cette publication annuelle fait office de référence statistique en ce qui concerne le parc de logements, son mode d’occupation et son évolution, la place du logement dans l’économie, et de manière générale, l’activité et le financement du secteur immobilier résidentiel.

Lire l'article
 
'
L’intégralité du rapport est téléchargeable sur : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/compte-du-logement-2018-rapport-de-la-commission-des-comptes-du-logement?rubrique=45.

 

Que retenir de ce rapport de 72 pages riches en chiffres ?

Le service de logement

La consommation totale de service de logement avoisine, en 2018, les 364 milliards d’euros constitués de :

- 272 Md€ de loyers (dont 76 Md€ de loyers versés par les locataires, 186 Md€ de loyers imputés aux propriétaires, et 9 Md€ de redevances) ;
- 53 Md€ de dépenses d’énergie (abonnements et consommations) ;
- 27 Md€ de services extérieurs (entretien des logements, assurances) ;
- 5 Md€ de charges locatives récupérables des parties communes ;
- 6 Md€ d’autres dépenses (frais de déménagements, frais de baux) ;
- 1 Md€ de frais de personnels d’immeubles récupérables.

Nette d’environ 20 Md€ de prestations sociales au logement, la consommation en service logement se chiffre donc à un montant de 344 Md€. Le logement représente 27% de la dépense totale de consommation des ménages, en croissance tendancielle jusqu’en 2013, et relativement stabilisée depuis.

Le logement

Le parc de 36,5 millions de logements est constitué, au 1er juillet 2018, de 82% de résidences principales (29,8 millions), complétés par 10% de résidences secondaires (3,5 millions) et 8% de logements vacants (3,1 millions).

La croissance des logements vacants est un phénomène marquant de la dernière décennie. La vacance peut provenir d’une offre plus élevée que la demande, de logements en mauvais état, d’un parc inadapté au marché (taille, localisation, prix, etc.), ou de délais de relocation ou de vente (vacance frictionnelle). Ce peut être aussi la conséquence de départs en maisons de retraite de personnes âgées, sans que le logement ne soit mis en vente ou en location. Ce parc se répartit entre 56% de logements individuels et 44% de logements collectifs (proportion relativement stable dans le temps).

La croissance du parc de logements est de 1,1% en 2018 (rythme stable depuis 2009), soit 386 000 logements supplémentaires.

Le patrimoine des bailleurs Hlm représente 14,5% des résidences principales. Avec les autres bailleurs sociaux, le parc social atteint 18%. Cette proportion est stable dans le temps.

Le logement représente 27% de la consommation des ménages.

Les aides au logement

L’ensemble des aides au logement(1) équivaut à 39,6 Md€ en 2018, soit 1,7% du PIB, en recul de 5% par rapport aux 41,6 Md€ de 2017, suite aux mesures contenues dans la loi de Finances 2018 (baisse de 5 € des aides personnelles au logement en année pleine, instauration de la réduction de loyer de solidarité dans le parc social et désindexation), et du contexte de taux bas de la politique monétaire.

L’ensemble des aides au seul logement Hlm est de 13,6 Md€ en 2018 (soit 34% du total), en baisse de 10% par rapport à 2017.

Ces aides au logement Hlm englobent :

- les prestations sociales liées au logement ; de l’ordre de 7,1 Md€ (soit 53% des aides aux logements Hlm), elles accusent une diminution de 9% par rapport à 2017, notamment liée à la baisse des APL dans le parc social, concomitante à l’instauration d’une réduction de loyer de solidarité ;
- les avantages fiscaux. Ils représentent 4,4 Md€ (soit 32% des aides aux logements Hlm) et sont en baisse de 10% par rapport à 2017, du fait notamment du relèvement du taux réduit de TVA de 5,5% à 10% pour l’investissement locatif social ;
- les subventions d’investissement. Avec 1,1 Md€, elles correspondent à 8% des aides aux logements Hlm ; et régressent de 8% par rapport à 2017;
- les avantages de taux enfin. Ils atteignent 895 M€, soit 7% des aides aux logements Hlm et connaissent une baisse de 17% imputable à la réduction de l’écart entre le taux du marché et les taux des emprunts des organismes.

(1) Prestations d’aide au logement, subventions d’exploitation et d’investissement, avantages de taux et avantages fiscaux

Contact : Martin de Bettignies, DEEF, USH ; Tél. : 01 40 75 70 27.