L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Les organismes Hlm face au changement technologique AH

Lire l'article

Le secteur de l’habitat social est concerné par la montée en puissance des technologies numériques. Afin d’en analyser l’impact sur l’évolution des organisations, des métiers et des modes de travail, le Club Innovation & Management de l’USH a mandaté trois enseignants-chercheurs de l’Institut Mines Telecom Atlantique d’une recherche-action sur le thème "De l’innovation technologique à la transformation sociale". Six organismes ont participé à l’étude : Aquitanis, Habitat 76, Brest Métropole Habitat, OPHLM de Cannes, SHLMR et prochainement, Immobilière Atlantique Aménagement.

Trois différentes logiques d’intégration des technologies numériques ont été identifiées.

  • De l’inertie organisationnelle au bricolage technologique

"Dans ces organismes, nous avons constaté  la mise en silos des différentes activités", constate Sophie Bretesché, responsable de la chaire Risques technologiques émergents (RITE) à l’Institut. "Les métiers de proximité sont demandeurs d’équipements et de données, mais les équipes bricolent avec leurs propres outils". Dans ce modèle, les salariés expriment leur volonté de travailler la donnée avec le territoire ou le quartier comme espace de référence, bien que les données disponibles ne soient pas reliées entre elles.

  • Une belle vitrine technologique qui "re-bureaucratise"

Les salariés cumulent de nombreuses innovations numériques : agence en ligne, Facebook locataires, communautés de pratiques, réseaux intranet échanges de connaissances... "Cette appétence pour le numérique se déploie du haut vers le bas et “re-bureaucratise’’ les activités de proximité", reprend Sophie Bretesché ; d’autant que les procédures et interfaces entre services ne sont pas revues. "Ces outils génèrent des requêtes et des demandes, souvent par mail". Il en ressort que les salariés ne sont plus sur le terrain, mais occupés à répondre au siège qui les sollicite.

  • Une logique de performance génératrice d’une crise de sens

Dans cette logique, "on est plutôt sur une gestion optimisée où le changement technologique est utilisé avant tout pour gagner en productivité, constate Sophie Bretesché. Souvent, les directions classiques se trouvent dépossédées, et cette logique de performance peut entraîner une crise interne, avec une perte de sens ou de repères, du fait de la standardisation de la prestation au locataire".

À l’issue de la recherche, chaque organisme participant a reçu une synthèse de son système social, des principales évolutions technologiques pressenties, ainsi que des propositions de déploiement des transformations à venir.