L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Parution du "portrait social" de la France par l'Insee

L'Insee publie ce jeudi 14 novembre le portrait social de la France en 2013. Six thèmes se dégagent cette année et notamment celui du logement.

Lire l'article

Ainsi Challenges indique que le logement reste plus que jamais un poste de dépenses important pour les ménages, notamment lorsqu'ils sont locataires ou primo-accédants.

S'ils ne résident pas dans un logement social, les locataires consacrent en moyenne 7 500 euros par an à leur logement (625 euros par mois, net des aides au logement).
Quant à ceux qui ont emprunté pour devenir propriétaires, ils sacrifient 13 700 euros par an.
Ces montants sont bien supérieurs à ceux des locataires Hlm (5 400 euros dépensés par an, soit 450 euros par mois) et des propriétaires ayant remboursé leur emprunt ou hérité de leurs parents (4 600 euros par an).

Pour les locataires du privé et les propriétaires accédants, le logement représente plus d'un quart de leurs revenus courant avant impôts en moyenne, contre 23% pour les locataires de logements sociaux et 11% pour les propriétaires.
L'Insee estime même que 1 ménage locataire sur 5 dépense plus de 40% de son revenu pour se loger, la norme convenue par les professionnels de l'immobilier étant de 30%.
Et pourtant, même en dépensant plus, les locataires du privé vivent dans des logements plus petits que ceux qui vivent en Hlm : 65m² contre 68m², en moyenne.

On peut également noter que les propriétaires accédants sont de plus en plus endettés.
En effet, la hausse des prix de l'immobilier, conjuguée à la faible progression des revenus du travail, entraîne l'allongement des durées d'emprunt, faute de pouvoir augmenter le montant des mensualités. Les jeunes sont particulièrement touchés. Alors qu'un ménage de moins de 30 ans devait s'endetter en 2005 pour 20 ans en moyenne, il doit compter 25 années aujourd'hui.