L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Premiers résultats consolidés pour Action Logement AH

Lire l'article

Si des indiscrétions n’avaient pas dévoilées les turbulences au sein de la gouvernance d’Action Logement(1), rien n’aurait transpiré. Aujourd’hui, après bien des débats internes et avec l’État, tout semble rentrer dans l’ordre, et le 8 juillet, une nouvelle étape a été franchie dans l’histoire du Groupe, géré de concert par les organisations patronales et syndicales, avec la présentation du premier bilan consolidé depuis sa création, réalisé sur le périmètre de 118 entités(2) qui représentent 98% de son activité.

Au 31 décembre 2018, ce bilan s’élève à 83,4Md€, dont 55,2Md€ pour les seuls actifs immobiliers, 10,7Md€ d’encours de crédits, 8,3Md€ de trésorerie, un taux d’endettement de 35Md€ d’emprunts bancaires au regard de 33Md€ de capitaux propres et un résultat net de 1,14Md€ dont 650M€ pour l’activité immobilier et 450 pour l’activité de services. À noter que la plus-value dégagée par les ventes Hlm représente 271M€.

Des chiffres qui "ont un sens mais surtout une utilité et sont le reflet de notre capacité à innover et à nous renouveler sans cesse et témoignent de l’efficacité de notre mode de gouvernance et de la gestion paritaire pour remplir notre mission, loger les salariés", assure Bruno Arcadipane, président du groupe Action Logement. Ces bons résultats témoignent "d’une gestion paritaire historiquement prudente, attestent de notre solidité financière et crédibilisent nos marges de manœuvre pour tenir nos engagements", poursuit Bruno Arbouet. "Pourtant le niveau de trésorerie indique qu’une partie des réserves n’est pas assez employée, reconnaît le directeur général. Si cette ressource dort, l’Etat sera légitime à dire : utilisons-la à nos propres fins". La mise en œuvre, dès le 15 septembre, du Plan d’investissement volontaire (PIV) de 9Md€ annoncé en janvier, va permettre de réduire dès 2019 cette trésorerie, avec trois premières mesures grand public : prime à la mobilité au bénéfice des salariés afin de favoriser le rapprochement lieu de travail-domicile, subventions aux travaux d’adaptation au vieillissement de logements privés, subventions aux propriétaires bailleurs et occupants pour la rénovation énergétique de leur logement. "C’est la fin de l’argent qui dort", résume -t-il.

Prochain événement attendu : les résultats de la notation du Groupe par les trois agences, Moody’s, Standard &Poors et Fitch ratings courant juillet, qui devraient permettre à Action Logement Services de lever 11Md€ sur le marché obligataire avant la fin de l’année pour financer 6Md€ du PIV et 5 pour le développement des filiales Action Logement Immobilier et Action Immobilier Services. Une première pour le groupe qui se finançait jusqu’ici auprès de la Caisse des dépôts. Le Groupe se fixe pour objectif de livrer 36000 logements en 2021 et 44000 à horizon 2023.

(1) La lettre Habitat et Collectivités du 12 juin révélait que Bruno Arbouet, directeur général d’Action logement groupe, était écarté, tout en gardant un rôle de conseiller auprès du président et serait remplacé en septembre par Koumaran Pajaniradja et que Jean-Luc Guitard, directeur de la filiale Action Logement Services, quittait aussi son poste immédiatement. Le 27 juin, rétropédalage. Un conseil d’administration extraordinaire a demandé à Bruno Arbouet de poursuivre sa mission. Seul le départ de M. Quitard est effectif, on devrait connaître son successeur lors du conseil d’administration de juillet.
(2) ALG, AFL, Apagl, ALI et ses 110 filiales (dont 58 ESH à la clôture, 5 filiales pour le logement intermédiaires In’li, 36 holding et autres filiales immobilières ), ALS et ses quatre filiales (Ma nouvelle Vie, Projimmo Conseil, Astria Foncier et Solendi Expansion).

Repères

Le pôle immobilier, c’est, en 2018 :

  • 998 651 logements sociaux et intermédiaires, dont 93% pour les 58 ESH
  • 36 527 agréments obtenus ; 25 559 logements mis en chantier
  • 22 022 logements livrés
  • 4 729 ventes Hlm