L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Premiers résultats de l'enquête Insee sur les conditions de logement fin 2013

Avec 94% des ménages français satisfaits de leurs conditions de logement fin 2013, les premiers résultats de cette enquête sont encourageants. Logements plus grands, moins inconfortables avec toutefois certaines disparités, selon l'âge des occupants et le fait qu'on soit propriétaire ou locataire.

Lire l'article

Les principaux points à retenir de l'enquête publiée par l'Insee :

Plus de la moitié des résidences principales sont des maisons individuelles

La France métropolitaine comptait 28 millions de résidences principales fin 2013 avec 58 % de ménages propriétaires, 20 % de ménages locataires du secteur libre et 17 % de ménages locataires dans le secteur social (les ménages restants étant hébergés gratuitement ou avec des baux particuliers).

La proportion de l'habitat individuel est stable depuis le début des années 2000 : 80 % des propriétaires occupent une maison, alors que plus des deux tiers des locataires du secteur libre et 84 % des locataires du secteur social résident en habitat collectif.

Les demandes de logements Hlm sont de plus en plus nombreuses

Les ménages qui ont déposé ou renouvelé une demande de logement en Hlm en 2013 sont de plus en plus nombreux (5,1 % contre 3,4% en 1984). Ce sont pour l'essentiel des locataires et un peu plus de la moitié d'entre eux résident déjà dans le secteur social.

Chez les locataires, la surface moyenne par personne n'augmente plus

En 2013, la surface moyenne des logements est à peu près la même qu'en 2006 (91 m²) avec des disparités entre l'habitat individuel et le collectif.

La surface moyenne par personne a augmenté de près de 10 m² depuis les années 1980, plus particulièrement dans l'habitat individuel où elle atteint 45,1 m² contre 32,4 m² dans le collectif.

Elle continue à croître légèrement chez les propriétaires mais stagne chez les locataires.

Les ménages dont la personne de référence a plus de 65 ans disposent d'environ 60 m² par personne alors que ceux de moins de 30 ans en ont la moitié.

Un ménage sur quatre déclare vouloir changer de logement ou y être contraint

En 1973, 15 % des ménages considéraient leurs conditions de logement comme insuffisantes ou très insuffisantes, ils ne sont plus que 6 % en 2013.

En 2013 comme en 2006, un ménage sur quatre déclare vouloir changer de logement ou y être contraint (dans ce cas-là pour des raisons essentiellement professionnelles ou familiales).

Plus de la moitié des ménages qui déclarent vouloir changer de logement souhaitent un logement plus grand (52 %) notamment lorsqu'ils vivent en appartement (62 %).

2,7 millions de ménages vivent en situation de surpeuplement. Ce sont 8,5 % des ménages qui sont concernés, surtout les plus jeunes.

Le surpeuplement concerne tout particulièrement les ménages de l'unité urbaine de Paris (21 % d'entre eux, hors étudiants) et même s'il est moins prononcé, les unités urbaines de plus de 100 000 habitants (de l'ordre de 9 %).

Enfin, si le surpeuplement continue à baisser dans l'habitat individuel (3 % des ménages en 2013 contre 11,2 % en 1984), il stagne dans le collectif, passant de 15 à 16 % entre 2006 et 2013.

Peu de logements très inconfortables

En 2013, moins de 1 % des logements étaient privés d'un des trois éléments de confort sanitaire de base (eau courante, baignoire ou douche, WC à l'intérieur) alors qu'on en comptait encore 15 % en 1984.

D'autres défauts, plus ou moins graves, sont également signalés par les ménages (installation électrique en mauvais état, mauvaise exposition du logement, problèmes d'humidité et d'isolation thermique…).

0,6 % des ménages ont indiqué que leur logement avait fait l'objet d'un signalement portant sur son caractère insalubre, dangereux, ou sur le fait qu'il ne répond pas aux normes de location.