L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Quand un hôtel se mue en RHVS AH

Lire l'article

Actuellement en cours de rénovation, cet ancien hôtel Formule 1, situé à Penchard, en Seine-et-Marne, acquis par Trois Moulins Habitat en juillet 2017 au groupe Accor(1), a été requalifié en résidence hôtelière à vocation sociale (RHVS).

Il proposera, dès le mois de décembre, 70 chambres, pour partie triples ou doubles, et une douzaine communicantes destinées à accueillir des personnes en précarité sociale dont des familles avec enfants, orientées par le 115, et des réfugiés relevant du droit d’asile. Des chambres adaptées aux personnes à mobilité réduite sont aussi proposées en rez-de-chaussée avec les sanitaires. Des espaces communs ont aussi été créés : quatre cuisines collectives permettant de préparer et de prendre ses repas hors des chambres, un espace dédié aux temps des devoirs, une salle conviviale aménagée pour les loisirs et une buanderie équipée en électroménager.

UNE ALTERNATIVE AUX NUITÉES HOTELIÈRES

Cette acquisition offre une solution alternative aux nuitées hôtelières au coût exorbitant du logement dans le parc hôtelier privé des personnes en grande précarité (lire encadré). Développée en partenariat avec l’État, la collectivité locale et l’association la Rose des Vents, qui en assurera la gestion avec du personnel qualifié pour accompagner ces publics en difficulté, cette résidence vise à offrir des conditions d’accueil dignes pour les populations en situation d’urgence et à mieux accompagner leur parcours résidentiel. En effet, comme le souligne Gilles Sambussy, directeur général de Trois Moulins Habitat, "malgré les moyens déjà engagés pour l’hébergement d’urgence(2), il y a un fort besoin de développer l’offre de solutions en France. C’est pourquoi, nous n’avons pas hésité à répondre à la sollicitation des services de l’État pour ce projet qui s’inscrit dans la volonté du groupe Polylogis de répondre à toute la variété des problématiques logement, notamment dans leur dimension ‘’très sociale’’". Cet ancien hôtel a fait l’objet d’un important programme de travaux mené avec PolyOuvrages, GIE du groupe Polylogis, incluant, outre le réaménagement des chambres et la création de nouveaux espaces collectifs pour faciliter la vie quotidienne, la rénovation de l’étanchéité de toiture, le ravalement et les reprises des béton en façade, le désamiantage de certaines zones, le remplacement des menuiseries extérieures, des travaux de plomberie, de VMC, d’électricité et de chauffage, la rénovation des murs et sols des parties communes et des zones restructurées, le remplacement des cabines de sanitaires préfabriquées, la rénovation et réaménagement du RDC avec transformation de quelques chambres pour qualifier la réception et les parties communes, en créant des espaces d’accueil individuels et collectifs, la création d’équipements extérieurs, abris vélos, poussettes et containers.

'

Après travaux. © Trois Moulins Habitat

L’investissement de cette RHVS, entièrement pris en charge par l’ESH, représente plus de trois millions d’euros, incluant l’acquisition des murs, la restructuration du bâtiment et les travaux de remise en état.

La coopération entre deux grand opérateurs départementaux (l’ESH et l’association) permet d’offrir une prise en charge plus qualitative des publics en difficulté, tout en apportant des garanties à la collectivité locale. À présent, "le souhait de la Direction départementale de la Cohésion des territoires est de pouvoir développer ce type de coopération sur d’autres communes", explique David Dumas, directeur adjoint de la DDCS.

(1) Le groupe hôtelier a en effet cédé un certain nombre de Formule 1 pour les reconvertir en RHVS, notamment à la SNI, suite à un appel d’offres des ministères de l’Intérieur et du Logement en 2016.
(2) 2 136 000 places d’hébergement d’urgence, ouvertes toute l’année, ainsi que 80 000 places pour les demandeurs d’asile sont financées par l’État, auxquelles s’ajoutent 14 000 places supplémentaires mobilisables en cas de grand froid. Ce qui représente un budget près de 2 Md€ en 2019.

Repère

Afin de donner un nouvel élan aux Résidences hôtelières à vocation sociale, créées par la loi portant Engagement national pour le logement en 2006 (ENL) pour offrir à un public aux revenus faibles, mais ne présentant pas pour autant des difficultés d’insertion, une alternative aux nuitées hôtelières coûteuses et pas toujours de bonne qualité, la loi Égalité et Citoyenneté de janvier 2017 a élargi l’accueil aux personnes éprouvant des difficultés particulières à se loger et ayant besoin d’un accompagnement social ou médico-social sur le site, aux personnes sans abri ou en détresse ainsi qu’aux demandeurs d’asile. 
Les logements meublés peuvent être loués à la journée, à la semaine ou au mois à une clientèle qui peut l’occuper à titre de résidence principale.