L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Recherche : le BIM gagne progressivement le chantier AH

Avec méthode et progressivité, le BIM et la maquette 3D se mettent en place. S’il reste encore du chemin à parcourir, les organismes Hlm et les acteurs de la construction avancent avec pragmatisme comme l’a révélé le 2  avril le séminaire dédié à la recherche Du BIM à la stratégie numérique globale.

Lire l'article

“Le contexte de crise sanitaire pousse davantage à l’utilisation d’outils numériques et donne encore plus de sens à cette recherche sur le BIM”, a résumé d’entrée, Baptiste Sion, chargé d’études économiques à la Banque des Territoires. Un sentiment partagé par les chercheurs qui ont constaté que le télétravail accélérait l’usage de la maquette numérique 3D et révélait la prise de conscience de son intérêt. Plus généralement, le séminaire a rappelé les résultats et les avancées récentes de la recherche. La culture BIM se construit avec pragmatisme, selon les besoins des acteurs et des process métiers. Elle gagne peu à peu les chantiers où sa mise en œuvre est essentielle pour assurer son succès. “Un langage commun et des représentations partagées du BIM prennent cependant forme dans un contexte de tension entre une volonté de standardisation des procédures et la difficulté de l’appliquer en raison de la diversité des situations, des organisations et des pratiques métiers”, a souligné Jean-Luc Bouillon, professeur en sciences de l’information et de la communication et directeur du laboratoire Prefics de l’université Rennes 2. Les observations tendent à montrer que le BIM est partie intégrante d’un système d’évaluation, c’est-à-dire d’une démarche rigoureuse de collecte et d’analyse d’information qui vise à porter un jugement sur un programme, une politique, un processus, une activité ou un projet pour aider à la prise de décision. Selon Bruno Chaudet, maître de conférences et chercheur au Prefics : “La normalisation, qui vise l’amélioration des performances, touche désormais tous les secteurs professionnels. Mais dans la construction, elle se heurte à une culture de l’oralité où la capitalisation des expériences et l’évaluation des pratiques sont peu développées du fait de la transmission verbale des consignes aux chefs de chantier, de l’autonomie des équipes et d’une organisation en silos.” Les travaux à venir de la recherche ciblent justement une meilleure compréhension des transitions entre la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre et le chantier. Sur ce dernier, l’appropriation du BIM par les acteurs suppose de leur fournir des outils simples et opérationnels. Un directeur de la qualité, interrogé par les chercheurs, voit le BIM comme une base de données pour optimiser les process de construction, permettre la capitalisation afin de choisir entre différentes méthodes la plus performante en termes de qualité et de coûts.

Une aide à la participation des locataires

L’idée que la maquette numérique 3D favoriserait la participation des locataires ne doit pas être idéalisée. Selon les chercheurs, elle est essentiellement utilisée à des fins d’information afin de susciter leur adhésion à des choix de réhabilitation et de gestion. Cependant, des acteurs tels que Jérôme Charriton, chargé de programme immobilier au COL, y voient d’autres avantages : “Les outils numériques peuvent permettre de resituer l’opération dans son environnement global, d’en souligner les contraintes et d’aider à envisager des réponses. Ils constituent de bons supports de dialogue avec les locataires pour mieux visualiser les projets et accepter les évolutions.”

Durant les prochains mois, la recherche va poursuivre les approfondissements sur les formations nécessaires à l’appropriation du BIM, sur l’estimation du retour sur investissement qui en est attendu et sur les modalités à mettre en place pour travailler de concert entre organisations différentes.

Contacts USH : Dominique Belargent, mél. : dominique.belargent@ union-habitat.org ; Cécile Sémery, mél. : cecile.semery@ union-habitat.org

Pour en savoir plus : Dossier de la recherche "Du BIM à la stratégie numérique globale" (2019-2020)

 

Les étapes de la recherche BIM

La recherche Du BIM à la stratégie numérique globale, lancée en juillet 2019, complète une première recherche menée en 2015. Elle est soutenue par l’USH et la Banque des Territoires. Le séminaire du 2 avril a fait un point d’étape avec une diversité de participants : chercheurs du laboratoire Prefics de l’Université Rennes 2, organismes Hlm participant à la démarche, entreprises, maîtres d’œuvre, prestataires du BIM…

Le 6 juillet, un deuxième séminaire traitera des situations et des cas d’usage du BIM.

La recherche se prolongera jusqu’à la fin de cette année et sera clôturée par un colloque début 2022. La documentation concernant cette recherche est disponible sur le centre de ressources en ligne de l’USH.