L'Union sociale pour l'habitat
Chargement en cours

Santé mentale : les enseignements de l'équipe mobile d'Aurore AH

Suite au lancement, en 2014, de l’appels à projets visant à la mise en place de 10 000 logements accompagnés, la thématique de la santé mentale avait émergé. L’USH a commandé une étude monographique à l’association Aurore qui tire les enseignements des coopérations entre bailleurs sociaux et équipes de santé mentale et pose la question du modèle, de l’articulation avec le droit commun d’équipes mobiles. Que retenir ?

Lire l'article
­­­­­­'

Ce rapport est téléchargeable sur le centre de ressources de l’USH :
www.union-habitat.org, sous le thème : Habitants et Politiques sociales. 

Les organismes Hlm sont attentifs à la qualité de vie dans leurs ensembles immobiliers. Comme d’autres acteurs, ils sont confrontés aux difficultés psycho-sociales de certains de leurs locataires se manifestant par des troubles de comportement chroniques qu’ils ne parviennent pas à traiter à l’aide de leurs méthodes habituelles. Elles se manifestent par de l’agressivité, de la violence, des comportements atypiques ou socialement non acceptés. Les organismes peuvent également repérer des situations de repli ou d’isolement susceptibles de mettre en danger la vie des personnes.

Les bailleurs, face à ces situations complexes qui interpellent fortement les personnels de proximité, s’interrogent : les personnes concernées sont-elles des "malades mentales" ? Sont-elles fragilisées par des conditions de vie précaire, par des difficultés personnelles ? Quels sont les leviers d’action les plus pertinents ? Ils adaptent leurs procédures, leur organisation, forment leurs personnels. Alors que les partenariats entre services sociaux, services de soin, d’hygiène, d’insertion (…) sont fréquemment morcelés, les bailleurs sociaux expérimentent de nouvelles formes d’intervention pour apporter des réponses permettant le maintien de ces personnes dans le logement.

UN OBJECTIF, "ALLER VERS"

Ils suscitent la mise en place d’équipes mobiles ayant pour mission "d’aller-vers", de renouer avec ces locataires, de débloquer les situations et d’établir une passerelle avec les différents partenaires, susceptibles de contribuer à la résolution des difficultés rencontrées. Plusieurs projets déposés par des bailleurs sociaux ont été soutenus par l’appel à projets "10 000 logements Hlm accompagnés" : les équipes s’appuient le plus souvent sur des associations, parfois sur des établissements publics de santé mentale. Selon les cas, les associations mobilisent des compétences pluridisciplinaires (psychologue, travailleur social, psychiatre), dans d’autres cas, l’équipe est composée exclusivement de psychologues.

Les bilans qui remontent de ces démarches font apparaître leur spécificité : il s’agit de mobiliser des personnes fragilisées en souffrance psychique, parfois en situation de non demande, et de leur (re)donner la capacité d’agir ou d’évoluer suffisamment pour rétablir ou maintenir leur situation locative. Ces démarches nécessitent un travail d’ajustement entre le bailleur social et l’équipe mobile concernant les personnes susceptibles d’en bénéficier, les objectifs à se fixer, la mesure des résultats, la temporalité de l’action, les modalités de financement de l’action...

L’Union sociale pour l’habitat a souhaité tirer des enseignements de ces démarches qui tendent à se développer. Elle a sollicité pour ce faire l’Association Aurore, dont l’équipe mobile intervient depuis plusieurs années auprès de plusieurs bailleurs franciliens et dispose d’un recul suffisant. Le rapport, rédigé par l’équipe mobile d’Aurore, décrit sous forme de vignettes cliniques, la situation des ménages bénéficiaires de la démarche dont on mesure la complexité et présente un bilan de ses activités, tant auprès des locataires que des bailleurs sociaux. Les bailleurs sociaux concernés n’ont pas été associés à la réalisation de ce rapport dont les points de vue et les analyses appartiennent à l’équipe mobile d’Aurore, mais ils ont tous donné leur accord à sa publication par l’Union sociale pour l’habitat.

L’ARTICULATION AVEC LE DROIT COMMUN

L’intérêt de cette étude est de donner un éclairage qualitatif, structuré, sur les différentes dimensions de cette forme particulière d’accompagnement, fondée sur "l’aller vers" des personnes en grande fragilité, en situation de non demande. Il montre son intérêt et également ses limites, et détaille les questions qui se posent à l’équipe de psychologues dans leur relation avec les ménages et les bailleurs sociaux. Il met en évidence le rôle essentiel des conseillers sociaux des bailleurs Hlm, décrit et fait une analyse critique de différents outils de suivi de la démarche. Pour ces différentes raisons, ce rapport peut être utile à des organismes qui souhaiteraient mettre en place une équipe mobile, pour les aider à préciser leurs objectifs et les modalités de travail.

De manière plus globale il pose la question du modèle, de l’articulation avec le droit commun d’équipes mobiles dont le financement est assuré, dans des proportions variables mais non négligeables, par les bailleurs sociaux : les enjeux et les configurations sont certainement différents d’un territoire à l’autre en fonction de l’organisation des partenariats. Le développement des conseils locaux de santé mentale devrait permettre de favoriser ces articulations. Dans tous les cas, l’intérêt de ces équipes mobiles dont témoigne ce rapport, plaide pour une meilleure prise en charge de leur financement par la puissance publique.

Contact : Juliette Furet, responsable du département des politiques sociales à la Direction des politiques urbaines et sociales - Mél. : juliette.furet@union-habitat.org